Err

Blog JJ Rébillard
  Retour aux billets

STORY ET ANALYSE DE STYLE: ZZ TOP (PART 3)




A PROPOS DU STYLE ET DU SON ZZ TOP

Côté son, les ZZ Top sont tout aussi reconnaissables que sur le plan visuel. Il suffit d’entendre l’intro de La Grange ou le riff de Gimme all your lovin’ pour savoir à qui l’on a affaire.... Le son est brut au premier abord, du fait du grain des guitares. D’ailleurs, Billy le dit lui-même : «il me suffit de trouver le grain souhaité et c’est bon, je peux enregistrer immédiatement». Ce grain fait partie de l’héritage légué par l’ami Jimi et il durcit le son global du groupe sans être agressif. Apre et puissant, tel est le son ZZ Top.

UNESIMPLICITÉ APPARENTE.

Dans un deuxième temps, le son ZZ Top apparait comme beaucoup plus sophistiqué. D’abord parce que là où l’on entendait une seule guitare (le groupe est un trio), il y en a en fait trois ou quatre. Les parties sont toujours habilement complémentaires,en terme de son comme en terme de partition. La production, parfaitement complice, n’est pas en reste. Ensuite il y a l’apport des synthés ou des samples. Ils font toujours partie intégrante du son global mais ne débordent jamais. Il en va ainsi pour le synthé de Gimme all your lovin’ ou pour celui de Sharp dressed man. Enlevez-les et vous allez voir le changement d’ambiance.......

Le son ZZ Top est donc un miroir à deux facettes : brut et puissant à la première écoute,sophistiqué et très produit à la seconde. Dernier élément qui rend le style et le son uniques : le groove implacable de la section rythmique, d’une régularité d’horloge, le moindre break n’étant jamais le fait du hasard. ZZ Top, une machine à blues? Je vous laisse le soin de juger.


BILLYGIBBONS GUITAR STYLE.

Pour la partie purement guitare, le style Billy Gibbons est plus qu’intéressant. Sachezd ’abord qu’il joue sur des tirants hyper souples (008, 010, 012, 020, 030,040), à l’inverse d’un Stevie Ray Vaughan. Il emploie des médiators super heavy dont la flexibilité est proche du zéro. Cela signifie que son toucher résulte uniquement de sa main et non du médiator, selon le guitar-tech de Billy. Ilutilise aussi les doigts en employant des techniques proches de celles des pionniers. Il obtient ainsi de nombreuses nuances au plan du style et du son.

En rythmique, Billy est le spécialiste du riff bien senti, dans l’optique Muddy Waters, Howlin’ Wolfou Jimi Hendrix. Il joue aussi des formules classiques en croches ou en tenues,mais avec une régularité d’horloge qui complète celle de la section rythmique.Ses parties de guitare rythmiques sont souvent nombreuses. A titre indicatif,le riff est souvent doublé, une troisième guitare assurant un tapis en croches sous-mixé mais super important (Tush). Les sons sont parfaitement complémentaires.

Pour les leads,Billy Gibbons est avant tout le spécialiste de l’harmonique artificielle avec tous les types de pitch imaginables. Il en a fait son arme absolue et il faut avouer que notre homme la manie aussi bien que les cow-boys texan manient leur colt 6 coups.


UNTECHNICIEN PRÉCURSEUR.

Il emploie aussi des techniques assez rares en blues, comme celle du tapping dont vous aurez un bel aperçu à la fin de Blue Jean Blues. Billy est ainsi l’un des premiers à avoir utilisé cette technique avec Jeff Beck et les guitaristes de Wisbone Ash. Sa vélocité est assez importante et le tirant de ses cordes lui permet d’obtenir un legato unique.

Billy emploie les gammes de blues à tous les stades et a un art tout particulier pour intégrer les sixtes majeures à ses solos. Quelques phrasés remarquables à cet égard figurent dans La Grange. Il est encore le maitre du glissé, tout en jouant également très bien en lap-slide.

Les bends sont très typés et assez fidèles à la tradition Hendrixienne. Il utilise de façon à peu près égale les autres effets de jeu. Enfin, il emploie souvent des phrasés basés sur des double stops, typique du blues mais réintégrés à un contexte beaucoup plus heavy. Le style est donc reconaissable à la première note,harmonique artificielle ou pas.


UN SON DEGUITARE INVENTIF ET RECHERCHÉ.

Le son des guitares est toujours recherché. Le grain peut être doux,âpre ou incisif,avec une saturation toujours parfaitement dosée. Il affectionne un son marqué d’une bosse dans les médiums pour les riffs des années 80 alors qu’il est plus agressif dans les riffs de la première période. En fait, Billy a souvent un léger flanger dans ses riffs eighties, ceci expliquant cela.

Pour les leads, le barbu utilise une bonne panoplie de sons. Le son fétiche est celui des solos de La Grange que l’on retrouve également dans le solo final de Sharp Dressed Man.Mais on trouve aussi des sons plus proches de l’overdrive, comme dans Jesus Just Left Chicago ou Tube Snake Boogie. Enfin, les clean et autres crunch font partie de l’histoire, tout en étant moins fréquents (Blue Jean Blues).

Authenticité et innovation sont donc les deux maitres mots du style et du son Gibbons. En fait, on retrouve à ce niveau le même esprit que celui qui caractérise la musique dugroupe. Au bout du compte l’équation est assez proche de celle de Jimi, la référence au blues étant toutefois plus constante.


JJ RÉBILLARD

Rédigé le  1 juin 2012 5:06 dans ZZ TOP  -  Lien permanent

Commentaires

Excellente revue du jeu de guitare de Billy, bravo. Je suis moi même leader du groupe Mezcaleros, j ai rencontré Billy deux fois.
Publié par : Mezcaleros  - 1 août 2012 16:17

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site