Err

Blog JJ Rébillard
  Retour aux billets

BLUES SECRETS : LONNIE JOHNSON (PART 2)

Voici la seconde partie de cet article consacré à Lonnie Johnson dans laquelle vous allez découvrir le style et les différentes techniques utilisées par le maitre des maitres. 

TUNING DROPPED D-G

Avant toute chose, il faut citer l’open favori de Lonnie. C’est le Tuning Dropped D-G (D-G-D-G-D-G-B-E) comme dans Woke Up With the Blues In My Fingers que l’on peut jouer sans capo mais aussi en capo case 1.

Cet open ressemble beaucoup à celui de G mais il se termine par un Mi sur la première corde, ce qui permet de jouer tous les accords sur les 4 cordes aigues dans leurs positions standards. 

Et lorsque l’on joue en Ré on a les basses des deux premiers accords du blues classiques (D et G) à vide sur les 5ème et 6ème cordes à vide. On retrouve encore cet accordage dans Away Down In The Alley Blues mais avec un capo 2ème case.

En effet, à l’instar de nombreux pionniers, Lonnie Johnson utilise fréquemment le capodastre à ses débuts, ce qui lui permet de changer de tonalité et de suivre sa tessiture vocale tout en conservant son open Dropped D-G.

FINGER PICKING ET FLAT PICKING

Son finger style est très évolué et basé sur le principe de la basse monotonique ou basse bourdon mais celle-ci suit la grille harmonique. La basse change donc en fonction des accords mais reste identique tout au long de chacun d’entre eux.

Le jeu de Lonnie est bien sûr largement ponctué de liaisons mélodiques qui mélangent arpèges et gammes de blues, un principe qu’il exploitera ensuite dans son jeu note à note au médiator. 

Côté flat-picking, il est à peu près établi que Lonnie Johnson s’est inspiré du flamenco pour créer sa technique de solo. Le flamenco a été introduit au Texas par les vaqueros mexicains qui l’avaient connu eux mêmes, non des conquistadores mais des colons espagnols.

On sait que ce style est largement imprégné d’une floraison d’arpèges (accords joués note à note). Dès lors, il n’y a rien d’étonnant à ce que le flamenco ait été à l’origine de la guitare lead moderne. 

GAMMES DE BLUES AU 3ème STADE

Lonnie Jonhnson a mixé ces arpèges avec les gammes pentatoniques mineures et majeures pour créer la gamme de blues dans son extension la plus vaste, les gammes de blues au 3ème stade...et révolutionner au passage la guitare, comme la musique du vingtième siècle.

Bien qu’il soit foncièrement blues, le jeu de Lonnie Johnson est très jazzy. Son style est d’une fluidité incomparable qui n’a jamais été égalée sauf peut-être par Mark Knopfler qui a repris l’héritage dans un contexte plus rock et plus actuel.

Ce jeu très jazzy est vraiment l’invention de ce maitre de la guitare. Avant lui, on ne connaît personne qui joue de cette façon, sauf peut-être Eddie Lang avec lequel il enregistre un Blind Lemon Jefferson Tribute.

Voici parmi tant d’autres opus les albums à posséder absolument pour cerner l’ensemble de la carrière de ce maitre absolu : Mr Johnson’s Blues, Eddie Lang and Lonnie Johnson vol 1 & 2, The Originator of Modern Guitar, Blues by Lonnie Johnson, Two Tone Stomp. 

LES GUITARES DE LONNIE JOHNSON

Pour conclure ce portrait, il me semblait indispensable de vous parler des guitares utilisées par le maitre. Retrouver les guitares sur lesquelles il jouait n’a pas été une mince affaire et j’avoue y avoir passé un certain temps.

Commençons avec les guitares acoustiques : durant les premières années de sa carrière, Lonnie Johnson utilise une Parlor, petite guitare acoustique favorite des musiciens de blues du début du XXème siècle (son format séduisait aussi les musiciens itinérants nombreux à l’époque). 

Leur production a été assez rapidement arrêtée au détriment de guitares plus grandes au son plus puissant. Mais elles sont réapparues avec les folk singers des années 60 comme Bob Dylan qui les ont remises sur le devant de la scène.

Parmi les fabricants, on citera Framus, Eko (j’en ai une de 1969 que vous pouvez voir dans différents articles parus sur ce blog) ou Martin. Et justement, chez Martin, Lonnie Johnson a beaucoup utilisé la 00-21 (à gauche).

On le voit aussi souvent jouer sur une Gibson SJ100 ou encore sur la fameuse Harmony Monterey Archtop avec chevalet suspendu et cordier métal qui agit un peu comme un résonateur avec pour conséquence un effet de réverbe naturelle.    


Pour les guitares électriques, sa guitare favorite est une Kay Value Leader (une guitare produite par Kay à partir de 1961), qu’il utilise surtout dans les années 60 à la fin de sa carrière.

Ce modèle est décliné en 3 versions, avec 1, 2 ou 3 micros. A droite l'impressionnant modèle à 3 micros avec un réglage de volume et un réglage de tonalité pour chaque micro !

Lonnie a toujours préféré la version à un micro situé côté manche. On peut le voir aussi avec une Gibson ES330, un modèle créé en 1959. Enfin, à la fin des années 40 et dans les années 50, il joue aussi sur sa Gibson SJ100 sur laquelle il ajoute un micro dans la rosace comme beaucoup de bluesmen à l’époque. 

POUR EN SAVOIR PLUS

Voici d’abord trois liens qui me semblent très intéressants où vous retrouverez un spécialiste de Lonnie Johnson, « Daddystovepipe ».

Blues In My Fingers Lonnie Johnson style & open Dropped D-G :

Tab part Blues In My Fingers : Pour avoir la part, suivez le lien qui figure sous la video (free tab part on my site)

Woke Up With the Blues In My Fingers tuto :

Ensuite, quelques titres incontournables avec notamment le premier solo de guitare (6 88 Glide).

Woke Up With the Blues In My Fingers original version

Away Down In The Alley Blues



JJ RÉBILLARD
Rédigé le  15 juillet 2019 16:47  -  Lien permanent

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site