Err

Blog JJ Rébillard

ACTUALITÉS

SOUL WARRIORS : REFLEXIONS SUR LA PROMO D'UN ALBUM (EPILOGUE)

Comme je vous l’ai largement fait savoir tout au long de l’année 2018, j’ai sorti l’album Dance de mon groupe de soul, les Soul Warriors et j’ai fait une campagne de promo qui a commencé fin janvier 2018 et continuera finalement jusqu’en avril 2019, après tout pourquoi se priver quand ça fonctionne. Au final, quels sont les résultats ? Voici un bilan complet en chiffres qui vous donnera une idée de ce que l’on peut obtenir en y passant pas mal de temps et en ne comptant pas son énergie. Naturellement, on peut faire mieux, on peut faire moins bien aussi. A vous de juger…

L’HEURE DES COMPTES

L’heure des comptes a sonné, voici donc les résultats que j’ai obtenus avec un an de promo sur l’album Dance des Soul Warriors (j’ai fait quelques arrondis au chiffre supérieur ou inférieur pour plus de lisibilité).

1- Sur Facebook, la campagne a été principalement active du 22 janvier au 15 juin 2018. Les publications ont atteint 280000 personnes, avec 24000 interactions.

2- Sur Souncloud où la campagne a été active du 22 janvier au 28 mars 2018, il y a eu 9000 écoutes sur l’ensemble de l’album et un trio gagnant composé des titres Dance, The Samurai Of Love et Soul Warrior.

3- Sur les radios françaises, 200 passages recensés ce qui ne tient pas compte des petites radios et autres webradios mais seulement des têtes de réseau d’après les chiffres officiels de l’attaché de presse.

4- Sur Feature FM-Deezer, 100000 streams, 1200 play-lists et 4000 engagements. A noter qu’il y a eu 100000 streams en plus sur Deezer hors campagne Feature.

5- Sur Radio Airplay-Jango, 30000 écoutes avec le trio gagnant composé de If I Had One Wish, The Samurai Of Love et Dance, avec une grande majorité d’écoutes aux USA et dans le monde anglo-saxon. Et If I Had One Wish dans le Top 10 de la semaine 49 de 2018.

 6- Sur Spotify, 32000 auditeurs, 215000 streams dont 80000 pour If I Had One Wish (Weekly Discover Playlist Spotify depuis le 1er octobre 2018 et ça continue toujours) et 1000 play-lists.

CONCLUSIONS

Je reste discret et ne peux donc vous révéler quel a été mon chiffre d’affaire et le budget promo mais sachez que ce dernier n’était pas donné. Par ailleurs, l’opération était pour moi une campagne de promo sur mon groupe et sur le nom JJ Rébillard.

Le budget était donc inclus dans mon budget global de communication et ça n’est évidemment pas la même chose que lorsque l’on veut gagner sa vie avec sa musique.

Je ne regrette rien, j’ai beaucoup appris et il est évident que je ne mettrai pas mes billes dans les mêmes paniers pour une prochaine production. Je sais maintenant où il faut investir et notamment que c’est à l’international en général et dans le monde anglo-saxon en particulier qu’il faut travailler en ce qui me concerne. Enfin, il me semble indispensable de vous révéler ce que j’ai appris sur les distributeurs et les plateformes.

Pour les premiers, je vous recommande CD Baby (ils sont les premiers historiquement parlant) et Tunecore. Je les ai testés tous les deux sur différentes productions et ce sont des gens honnêtes, même si l’on a parfois quelques difficultés à avoir des factures en bonne et due forme.

Pour les streams, les chiffres de Spotify sont rigoureusement exacts, j’ai eu l’occasion de le vérifier et d’en avoir la preuve. Mais malheureusement, il n’en n’a pas été de même avec Deezer et il y a eu des incohérences entre les chiffres fournis pas Deezer et ceux fournis par Feature FM.

ULTIMES CONSEILS

D’une manière générale, les chiffres de Deezer se sont révélés de 70% inférieurs à ce qui était prévu, rien que pour les streams issus de Feature. Je ne sais pas comment ils font leurs calculs mais on ne peut malheureusement pas les discuter.

Mais vous ne vous passerez pas de Deezer, surtout pour la France, pas plus que des autres plateformes, même si Spotify concentre la moitié des streams mondiaux. En conséquence, communiquez de préférence en envoyant vos auditeurs sur Spotify ou Apple Music.

Ne négligez pas les réseaux sociaux, mais travaillez davantage Facebook que Instagram. Même si tout le monde est là actuellement, vous risquez d’être noyés, donc c’est cool pour quelques bons selfies, un peu de notoriété mais pour le reste, il est risqué d’investir sauf si votre porte-monnaie déborde…

Les concerts sont également une belle source de promo. D’une part, vous y vendrez vos albums et d’autre part, vous attirerez des auditeurs pour vous écouter sur les plateformes. Enfin, un attaché de presse peut être intéressant mais il faut vraiment avoir ses entrées, sinon, gare aux dépenses excessives.

J’espère vous avoir apporté des infos qui vous seront utiles dans la suite de votre carrière et vous seront utiles dans la jungle actuelle. Je vous souhaite une seule chose, la réussite même si la réussite financière ne doit pas être considérée comme une fin en soi. N’oublions pas que nous sommes là avant tout pour nous faire plaisir, et que seuls comptent la musique et ce vous apporterez à votre public.

JJ RÉBILLARD
Rédigé le  30 avril 2019 19:48 dans ACTUALITÉS  -  Lien permanent
0 Commentaires  

SOUL WARRIORS : REFLEXIONS SUR LA PROMO D'UN ALBUM (PART 10)


Comme je vous l’ai largement fait savoir tout au long de l’année 2018, j’ai sorti l’album Dance de mon groupe de soul, les Soul Warriors et j’ai fait une campagne de promo qui a commencé fin janvier 2018 et continuera finalement jusqu’en avril 2019, après tout pourquoi se priver quand ça fonctionne. Au final, quels sont les résultats ? Je commence avec une notion essentielle sur ce que rapporte un stream puisque c’est à présent le nerf de la guerre.

COMBIEN RAPPORTE UN STREAM ?

Voici donc une question cruciale, car vous avez certainement lu de nombreux articles sur le net indiquant que le streaming ne rapportait pas grand chose aux artistes (et même aux producteurs et éditeurs) s’il n’y avait pas des millions d’écoutes.

On ne peut malheureusement dire le contraire. En effet, le problème n°1 du streaming est l’écoute gratuite sur les plateformes. En fait, les plateformes proposent ce type d’écoute à condition que les auditeurs acceptent une interruption de leur musique préférée pour écouter une pub.

Ce type d’écoute gratuite n’est quasiment pas rémunéré et c’est là que le bât blesse car les plateformes gagnent de l’argent avec la pub. Les chiffres autorisés, connus et le plus souvent publiés sur le rapport du streaming sont ceux des écoutes payantes sur abonnement de type premium.

En voici quelques uns, sachant que ces chiffres peuvent varier dans des proportions qui restent faibles à la hausse comme à la baisse : Apple music (0,006€), Deezer (0,0055€), Spotify (0,0045€), You Tube Music (0,0001€).

Par contre les streams dans le cadre d’une écoute gratuite ne rapportent pratiquement rien. Ainsi, dans le meilleur des cas, on obtiendra 0,0001€, mais cela peut malheureusement être encore bien moins…Du coup, il vous faut faire des millions voire des milliards de streams pour espérer un revenu décent, à condition toutefois d’être producteur-éditeur car si vous n’êtes que l’artiste, vous ne toucherez que 10% de ce maigre gâteau. 

Donc, faisons un simple calcul : pour payer un abonnement d’un an à Tunecore ou CD Baby pour distribuer un album, qui vous coûtera en moyenne 50€, vous devrez avoir 10000 streams en premium ou 500000 streams en écoute gratuite. Bon, allez je ne veux pas vous démoraliser mais tout cela n’est pas franchement positif. Et pourtant, c’est comme ça…

DES ESCROCS PATENTÉS ET DES PETITS MALINS

Alors, émus par ce problème, des escrocs proposent des solutions comme l’achat de streams sur Spotify ou de vues sur Youtube. Mais attention à ce genre d’arnaque, car il n’y a rien à la clé le plus souvent, sauf une société dont vous ne découvrirez le nom que lorsque vous aurez payé…et qui se révèlera en dépôt de bilan.

Et lorsque vous arrivez à avoir vos streams ou vos vues pour des budgets finalement assez couteux, Spotify ou Youtube vous ont à l’œil, risquent de vous rétrograder et vous serez alors un peu grillé. 

Restent les petits malins qui ont des copains informaticiens qui savent monter des réseaux de robots et faire tourner et tourner des titres pendant les 30 à 40 secondes que demande un Stream pour être comptabilisé.


Toutefois, si ce n’est pas cohérent, vous risquez aussi des problèmes, sachant malgré tout que certains ont réussi à gagner pas mal d’argent avec ce genre d’escroquerie…jusqu’à ce que le subterfuge soit découvert. Mais il y en a qui arrivent tout de même à passer entre les mailles du filet.

Ainsi, un certain William Bedell explique sur le site Motherboard comment il a créé un savant programme pour multiplier les écoutes de ses titres sur Spotify. Sans déployer les grands moyens, son système lui a permis selon ses dires de générer 29,83€ par jour sans rien faire, soit 10895€ sur une année.

Allez, vous voyez que l’on peut gagner sa vie avec sa musique et les streams. Bon, d’accord, il est préférable d’être un peu informaticien mais le jeu peut apparemment en valoir la chandelle. Il paraitrait que ce petit jeu soit l’amusement favori des artistes de musique urbaine. 

FAUSSES RUMEURS ET VRAIS SCANDALES

Quoiqu’il en soit et quel que soit le style de musique, le boss du célèbre label Believe indique que les procédures de contrôle sont désormais très efficaces pour repérer les fraudes et les comptabiliser.

A priori, que cela soit chez Spotify, Apple Music ou Deezer le phénomène semble maitrisé. Mais c’est comme le reste, démontez une ruse ou une fraude et il s’en créera aussitôt de nouvelles, surtout sur le net. Dans tous les cas, je vous déconseille absolument d’avoir recours à ce genre de procédé.

Pour exemple, un scandale touchant des majors et des artistes célèbres a été révélé il y a quelques années fin 2012. Ces majors sont bien connues, à savoir Universal ou Sony-BMG et avaient triché, achetant des centaines de millions de vues sur Youtube.

Tout ce beau monde a été rétrogradé et s’est vu parfois ramené de 670 millions de vues à 237 millions, comme pour Britney Spears. Michal Jackson ne faisait pas vraiment mieux (635 millions ramenés à 348 millions), Chris Brown (455 ramenés à 258) ou Beyoncé (457 ramenés à 305). Sanction impitoyable, mais en avaient-ils besoin ?

Alors, si vous voulez rester dans les clous, éviter des investissements et autres prises de risque inutiles, il vous faudra donc pas mal de fans, et une belle présence sur le net en général ainsi que sur scène si vous voulez avoir des chances de gagner un peu d’argent.

Oh, on ne demande pas grand-chose mais au moins de quoi rembourser le coût de la distribution. Conclusion un peu triste mais bien réelle. Après ces belles considérations, je vous attends dans la dernière partie, le bilan des Soul Warriors en chiffres, où je ne vais pas vous mentir, bien sûr. A suivre…


JJ RÉBILLARD 

Rédigé le  24 avril 2019 18:43 dans ACTUALITÉS  -  Lien permanent
1 Commentaires  

SOUL WARRIORS : REFLEXIONS SUR LA PROMO D'UN ALBUM (PART 9)

Comme je vous l’ai largement fait savoir tout au long de l’année 2018, j’ai sorti l’album Dance de mon groupe de soul, les Soul Warriors et j’ai fait une campagne de promo qui a commencé fin janvier 2018 et continuera finalement jusqu’en avril 2019, après tout pourquoi se priver qans ça fonctionne. Quels sont les résultats, quels sont les difficultés que j’ai rencontrées, quels médias ai-je utilisé, avec quel budget, comment ai-je orchestré tout cela et quels conseils puis-je vous donner ? C’est ce que je continue à vous expliquer dans cette avant dernière partie, sans aucune prétention, bien sûr... 

FEATURE FM & RADIO AIRPLAY : INDISPENSABLES ?

Avant un argumentaire précis sur les résultats que j’ai obtenus sur Feature FM et Radio Airplay, il me semble important de rappeler qu’il n’existe pratiquement pas d’autres services de ce type. En effet, en dehors des agences et attachés de presse et de tout ce que vous pouvez faire sur les réseaux sociaux pour vous faire connaître, force est de constater qu’il n’y a pas grand chose.

En ce sens, Feature et Radio Airplay reposent sur des idées tout à fait louables. Ensuite, il ne faut pas non plus en attendre des miracles et savoir s’en servir. Bien sûr, et nous allons revenir sur cette question, il faut investir un peu, c’est absolument obligatoire mais le jeu en vaut la chandelle.

Comme je l’ai déjà dit, comme Feature fonctionne avec Deezer, il sera le bon outil pour communiquer sur la France, notamment avec des titres en français. Mais côté targeting, c’est assez calibré et il faut vraiment correspondre à leur panel d’artistes, ce qui peut limiter un peu les possibilités si votre prod sort des sentiers battus ou qu’elle s’identifie à des styles un peu trop différents. 

DES OUTILS COMPLÉMENTAIRES

Côté Radio Airplay, le panel d’artistes est extrêmement vaste et vous serez beaucoup plus libre que sur Feature. Il faut aussi considérer que leur radio Jango s’adresse à un public majoritairement anglo-saxon, donc si vous avez des textes en français, ça ne sera peut-être pas le meilleur outil.

Mais dans tous les cas, Feature et Radio Airplay n’ont pas du tout le même objectif et on peut considérer qu’ils sont complémentaires. Le premier vous aidera à communiquer et à vous faire connaître sur une plateforme comme Deezer. Le second est vraiment un outil radio internet et vous permet de faire connaître vos titres à un large public. 

Ensuite, les liens entre Radio Airplay et les plateformes comme Spotify sont un peu subjectifs et on peut se demander s’il y a réellement un lien. Personnellement, je pense que oui car quelqu’un qui apprécie vos chansons sur Jango sera peut-être très heureux de les écouter à volonté sur Spotify avec son abonnement premium. On ne peut rien certifier à 100% mais cela me semble tout de même évident et je l’ai moi-même constaté. De la même façon, tout ceci fonctionne aussi avec Youtube, Instagram, Facebook, en fait c’est un peu comme une toile d’araignée que vous tissez, où tout est intimement lié. 

COMBIEN CA COUTE ?

C’est là qu’il faut avoir un peu de moyens ou savoir choisir en fonction de ses objectifs, notamment par rapport au ciblage géographique dont je parlais précédemment. Pour Feature, une campagne coutera au minimum 50$. Avec cette campagne, vous achetez 2500 streams.

Ensuite, tout dépend de l’auditeur qui s’engage et peut ajouter votre titre à ses favoris, voir la page de votre album, votre page artiste ou vous ajouter à une play-list. Les résultats varient respectivement ainsi en moyenne (le premier chiffre indique le mini moyen d’engagements et le second le maxi moyen). 

Favoris (10-45), page album (20-50), page artiste (0-10), play-list (10-40). Attention, vous pouvez faire mieux mais vous pouvez faire aussi moins bien, mais j’ai fait suffisamment de campagnes sur Feature pour vous dire que ces chiffres sont fiables.

J’ai fait des campagnes pour 100$ et 5000 streams mais dans le meilleur des cas, j’ai atteint 100 play-lists. Le chiffre fourni sur la pub Feature-Tunecore est donc plausible mais il n’est plus forcément d’actualité car vous n’êtes pas seul et la concurrence est féroce. 

Pour Radio Airplay, vous achetez des crédits qui vous servent à faire de la promo dans le but de faire connaître vos titres et d’avoir de l’audience. 1000 crédits pour 1000 écoutes coûtent 30$. Avec 1000 crédits, vous pouvez tenir un mois à condition de ne pas activer certains paramètres que je vous laisse découvrir.

Si un ou plusieurs de vos titres dépasse les 100 écoutes par semaine et que vous avez au moins un nouveau fan sur chacun de ces titres, Radio Airplay peut vous offrir des crédits avec le pop score.

Voici une estimation du nombre de crédits que vous pouvez gagner. 0 crédit (note pop score inférieure à 50), 50 crédits (note pop score entre 50 et 80), c’est le cas le plus fréquent, 100 crédits (note pop score entre 80 et 90) ou 250 crédits note pop score supérieure à 90).

Enfin et je vous le souhaite si vous êtes dans le top 10 de la semaine, jackpot avec 1000 crédits. Mais en 10 mois, cela m’est arrivé une seule fois. Bon, en 10 mois également, Radio Airplay m’a offert 20000 crédits, soit l’équivalent de 600$. 

COMBIEN CA RAPPORTE ?

Dans les deux cas, il vaut mieux parler de rapport en termes d’audience car je vous donnerai les chiffres de rapport d’un stream dans la dernière et dixième partie et vous risquez d’être fort déçu…Mais ce sont indiscutablement deux outils fondamentalement intéressants et comme il n’existe pratiquement que ceux-là, un peu incontournables. 

En résumé, si vous ciblez un public français, je vous conseillerais plutôt Feature mais à petite dose, le temps de voir les résultats (une campagne à 50$ peut durer 1 ou 2 semaines, généralement moins d’un mois).

De cette façon, vous êtes vite fixés. Vous pouvez faire aussi un peu de Radio Airplay en ciblant les pays francophones. Si vous ciblez un public anglo-saxon et même mondial, je vous conseille Radio Airplay, avec une petite dose de Feature, une fois que vous savez quel titre va fonctionner. Donc, à vous de jouer…

JJ RÉBILLARD
Rédigé le  18 avril 2019 19:07 dans ACTUALITÉS  -  Lien permanent
0 Commentaires  

SOUL WARRIORS : REFLEXIONS SUR LA PROMO D'UN ALBUM (PART 7)


Comme je vous l’ai largement fait savoir tout au long de l’année 2018, j’ai sorti l’album Dance de mon groupe de soul, les Soul Warriors et j’ai fait une campagne de promo qui a commencé fin janvier 2018 et continuera finalement jusqu’en avril 2019, après tout pourquoi se priver quand ça fonctionne.

Quels sont les résultats, quels sont les difficultés que j’ai rencontrées, quels médias ai-je utilisé, avec quel budget, comment ai-je orchestré tout cela et quels conseils puis-je vous donner ? C’est ce que je continue à vous expliquer dans cette avant dernière partie, sans aucune prétention, bien sûr... 

DISTRIBUTEURS ET PARTENAIRES

Ceux qui ont déjà utilisé les services d’un distributeur numérique comme CD Baby ou Tunecore pour ne citer qu’eux (la distribution numérique est en effet une véritable jungle à l’heure actuelle) ont certainement vu, voire testé des partenaires officiels de ces distributeurs.

Ils s’affichent en bonne place sur leurs sites et proposent une gamme de services assez variées, de la promo radio au crowdfunding en passant par la fabrication de T-Shirts et autres goodies. Parmi ces partenaires, je vais en évoquer deux qui semblent plutôt séduisants : j’ai nommé Feature.fm et Radio Airplay.

Commençons avec Feature.fm : Feature vous propose plusieurs types de services, parmi lesquels un abonnement aux services marketing, qui peuvent notamment être intéressants pour la sortie d’un album en générant d’éventuelles précommandes à partir d’une promo qui se fait sur différentes plateformes.

Des smarts links sont également proposés mais ce qui semble être le plus intéressant est certainement le système de campagnes sur Deezer. D’ailleurs, et pour ne citer que la pub qui s'affiche sur les sites des distributeurs comme Tunecore, c’est pour le moins alléchant. 

FEATURE.FM

En effet, une fois que vous vous êtes connecté, une bannière publicitaire s’affiche sur la page d’accueil Tunecore avec le texte suivant. « Boostez vos streams sur Deezer avec Feature.fm. Et le témoignage d’un certain Voyov, artiste Tunecore qui nous dit : Pour 100$, Feature FM m’a permis de faire plus de 5000 streams sur Deezer, mais encore plus intéressant, mon titre a été ajouté sur plus de 100 play-lists ».

Ca fait réfléchir, même si vous savez depuis la part 6 que Spotify concentre 50% des streams mondiaux et que Deezer ne propose pas au bout du compte le fameux compte artiste certifié.

Donc, vous aurez beaucoup de mal à savoir si vos campagnes génèrent réellement des résultats car il vous faudra attendre très longtemps…les relevés fournis par Deezer à votre distributeur. Alors, il faut le savoir et vous constatez que même si je ne peux pas tout dire, mes articles peuvent vous faire gagner du temps et économiser de l’argent.

Bon, je ne suis pas là pour me glorifier. Mais qu’en est-il de ces campagnes Feature FM sur Deezer ? J’en ai fait suffisamment pour savoir ce qu’il en est, même si cela reste une belle opportunité de se faire connaître et de communiquer sur votre produit. 

COMMENT ÇA MARCHE ?

Dans un premier temps, je dois vous expliquer comment fonctionne Feature. Le principe est relativement simple et s’inspire du système Instream de Youtube. Les gens qui écoutent Deezer en gratuit ont évidemment des pubs qui s’intercalent ou précèdent les morceaux qu’ils écoutent.

Et à la place d’une pub pour Leclerc et autres Carrefour, Deezer et Feature passent un extrait du titre que vous avez choisi de promouvoir dans votre campagne. Sur ce court extrait, les gens peuvent zapper rapidement, dans ce cas vous ne payez rien ou au contraire s’engagent pour une écoute plus longue.

C’est ce qu’on appelle un engagement qui peut justement se traduire ensuite pour partie en intégration de votre titre sur une play-list. En soi, le principe est super et présente l’intérêt de savoir rapidement quel titre va motiver les gens.

Mais attention, on fonctionne avec du targeting, c’est à dire avec du ciblage. En effet, il faut créer votre campagne et votre titre doit obligatoirement correspondre à une cible viable. Il y a bien sûr le paramètre de l’âge, celui du pays (il semble peu intéressant de faire écouter un titre en français aux Etats Unis par exemple). 

TARGETING : UN EXERCICE PAS SI FACILE

Mais il y a aussi les artistes correspondants le plus à votre style que vous devez lister sans exagérer, la liste devant rester cohérente, et les tags que vous souhaitez rajouter qui correspondent toujours aux mêmes cibles en en ajoutant éventuellement d’autres mais qui restent en rapport.

Une campagne n’est donc pas toujours si facile à créer mais cette étape est le nerf de la guerre, donc vous devez bien la préparer avant de la paramétrer. En résumé, vous ne payez donc que pour des écoutes supérieures à 30 secondes et à chaque fois, vous avez un stream. Et si l’auditeur vous intègre à une de ses play-lists, vous gagnerez peut-être d’autres auditeurs et d’autres streams. 

En soi, tout cela est très bien mais combien va vous rapporter un stream ? Et également, sur quelle play-list allez vous figurer ? Une play-list officielle éditée par Deezer, ou la play-list d’un particulier dont il est peut-être le seul auditeur ?

Attention, les campagnes ne sont pas données, pour 50$, vous achetez en quelque sorte 2500 écoutes soit 2500 streams et un nombre variable de play-lists potentielles. Le jeu en vaut-il la chandelle ? La réponse dans la part 9 de cet article. 


JJ RÉBILLARD
Rédigé le  4 avril 2019 13:38 dans ACTUALITÉS  -  Lien permanent
0 Commentaires  

SOUL WARRIORS : REFLEXIONS SUR LA PROMO D'UN ALBUM (PART 6)


Comme je vous l’ai largement fait savoir tout au long de l’année 2018, j’ai sorti l’album Dance de mon groupe de soul, les Soul Warriors et j’ai fait une campagne de promo qui a commencé fin janvier 2018 et continuera finalement jusqu’en avril 2019, après tout pourquoi se priver quand ça fonctionne. Quels sont les résultats, quels sont les difficultés que j’ai rencontrées, quels médias ai-je utilisé, avec quel budget, comment ai-je orchestré tout cela et quels conseils puis-je vous donner ? C’est ce que je continue à vous expliquer dans cette sixième partie, sans aucune prétention, bien sûr... 

DES STATS TRÈS ALÉATOIRES

A la fin de la part 5, nous en étions restés à la fin du mois d’avril 2018 et l’album, le single et le clip étant sortis depuis un mois. Pour les plateformes de diffusion comme Spotify, Deezer ou iTunes, votre distributeur (CD Baby, Tunecore…) est censé vous communiquer les stats de diffusion de vos titres en fonction des relevés et des chiffres fournis par ces plateformes.

Mais il faut savoir qu’il existe un grand décalage entre le moment où des auditeurs écoutent vos morceaux et le moment où vous avez les chiffres, souvent deux mois minimum. En principe, votre distributeur essaye de vous fournir des chiffres assez rapidement en ce qui concerne les ventes (malheureusement les téléchargements payants diminuent de plus en plus au profit du streaming) et les streams.

Mais pour ces derniers, il se peut que vous n’ayez aucune stat pendant 10 ou 15 jours et tant que les chiffres ne sont pas confirmés définitivement dans les délais indiqués précédemment, il est très difficile de se faire une idée. Je ne vais pas vous révéler tout ce que j’ai pu apprendre au cours de la promo ça serait trop long, mais je vais aller à l’essentiel.

Donc, soyons clairs, si vous n’avez pas de chiffres fiables en temps réel, il vous est très difficile de savoir quel titre sera votre hit plébiscité par le public. Certes, il y a des genres de petits compteurs avec des barres de popularité (Deezer) ou des estimations du nombre d’écoutes (Spotify), sachant que vous risquez d’être dans la catégorie inférieure à 1000 écoutes dans la majorité des cas, sauf si vous êtes déjà une star. Sur Deezer les artistes sont souvent très contents au début car ils ont immédiatement une barre de popularité (une sur les dix présentes sur le compteur) mais ne vous leurrez pas, Deezer met une barre pour toutes les nouveautés.

UN COMPTE ARTISTE CERTIFIÉ SUR SPOTIFY SINON RIEN

Et ensuite, vous passez de 1 à 0,60 puis 0,40 si vous ne faites rien. Pour avoir des stats en temps réel, il existe une recette, et Spotify est la seule plateforme qui propose un système fiable sur ce plan : le compte artiste certifié. La question est donc : avez-vous un compte artiste certifié ou non ? Je vous laisse consulter sur le net tous les articles relatifs à cette question et votre distributeur vous en dira également davantage à ce sujet sur son support. Mais dans les faits, si vous n’êtes pas certifié, sachez que votre crédibilité s’en trouvera réduite. 

Lorsque vous êtes certifié sur Spotify, une petite marque sur fond bleu apparaît sur l’image de votre album, à côté de votre nom. Vous avez alors accès à votre compte artiste qui vous donne toutes les infos que votre distributeur aura dans plusieurs semaines, avec notamment le nombre précis d’écoutes titre par titre. Et bien d’autres infos très utiles. Dès lors, vous avez une idée beaucoup plus précise et rapide du verdict du public à votre égard, ce qui vous permet de savoir quel est votre hit et d’agir en conséquence.

DEEZER FOR ARTISTS AUX ABONNÉS ABSENTS

Bien sûr, j’ai rapidement fait cette démarche dès le début du mois de mai mais j’ai eu encore besoin d’utiliser les réseaux sociaux, principalement Facebook pour inciter le public à aller écouter mes titres non plus sur Soundcloud qui ne présente plus d’intérêt à ce stade mais sur iTunes, Spotify, Amazon, Deezer et les autres. Sachant au final que le principal diffuseur sérieux est Spotify (je n’ai pas de partenariat avec eux…) car ils proposent le fameux compte artiste certifié alors celui-ci est inexistant chez les autres ou à l’état de version béta.

Pour vous donner une idée, j’ai naturellement cherché à contacter Deezer4artists (Deezer for artists) ou Apple for artist. Résultat : je n’ai jamais eu aucune réponse de Deezer et une réponse de Apple qui devait me recontacter lorsque la version finale serait disponible. De toutes façons, Spotify est de loin la plateforme principale et pour info, un Deezer diffuse essentiellement en France. Par contre, en plus de Spotify, je vous incite à envoyer vos futurs fans vers Apple music car ce sont des gens sérieux qui rémunèrent bien le streaming (voir cette notion dans les prochaines parties). 

IF I HAD ONE WISH, HIT CONFIRMÉ

Au final, j'ai donc envoyé les auditeurs vers Spotify via Facebook avec une campagne de promo du 15 avril au 15 juin. Il est plus difficile d’envoyer les auditeurs sur Spotify que sur Soundcloud car il est préférable d’avoir un abonnement premium pour accéder facilement et profiter de toutes les fonctionnalités. Le nombre d’abonnés premium a d’ailleurs considérablement augmenté ces derniers mois, ce qui facilité les choses, mais c’était moins évident l’an dernier. 

Cette campagne ainsi que d’autres campagnes sur des médias complémentaires dont je vous parlerai dans la part 7 m’a confirmé que le hit number one était bien If I Had One Wish, même si Dance ou The Samurai Of Love fonctionnaient très bien mais assez loin derrière le hit. J’ai donc décidé de réajuster mon plan : comme le clip de Dance fonctionnait très bien, j’ai continué ma promo sur Youtube et pour le reste, j’ai poussé If I Had One Wish en promo, même si je n’ai pas négligé les autres titres porteurs, comme je vous l’expliquerai dans la septième et avant dernière partie. A suivre…


JJ RÉBILLARD

Rédigé le  28 mars 2019 13:07 dans ACTUALITÉS  -  Lien permanent
1 Commentaires  

SOUL WARRIORS : REFLEXIONS SUR LA PROMO D'UN ALBUM (PART 5)


Comme je vous l’ai largement fait savoir tout au long de l’année 2018, j’ai sorti l’album Dance de mon groupe de soul, les Soul Warriors et j’ai fait une campagne de promo qui a commencé fin janvier 2018 et continuera finalement jusqu’en avril 2019, après tout pourquoi se priver quand ça fonctionne.

Quels sont les résultats, quels sont les difficultés que j’ai rencontrées, quels médias ai-je utilisé, avec quel budget, comment ai-je orchestré tout cela et quels conseils puis-je vous donner ? C’est ce que je continue à vous expliquer dans cette cinquième partie, sans aucune prétention, bien sûr... 

ANTICIPER EST INDISPENSABLE 

Dans la part 4, je vous ai révélé que le titre qui avait séduit le public, en bref, le hit des Soul Warriors était If I Had One Wish, alors que ce n’était pas annoncé par les premiers résultats de la promo.

Il me faut maintenant vous expliquer dans les détails le plan de promo tel que je l’ai pensé de A à Z et réajusté au fur et à mesure des évènements. L’organisation du plan de plan de promo et son déroulé dans les temps sont les éléments indispensables si vous voulez réussir un tant soit peu votre coup. 

Il faut vraiment anticiper, les professionnels appellent cela un rétroplanning. D’ailleurs, sachez que tout professionnel vous le demandera, qu’il s’agisse d’un distributeur, d’un organisateur de spectacles (concerts, festivals…) ou de tournées. Qu’est-ce qu’un rétroplanning : il s’agit d’un calendrier prévisionnel des évènements qui démarre à la date de fin du travail pour remonter à son début, le travail étant ici la promo de notre LP. 

LA CLÉ DU SUCCÈS : LE RÉTROPLANNING

Le rétroplanning est le bâton de maréchal de votre promo, celui qui va largement décider de votre futur succès ou malheureusement de votre futur échec (désolé mais il faut dire les choses franchement).

C’est généralement un véritable casse tête et vous risquez d’y passer de nombreuses heures. Vous pouvez l’élaborer à plusieurs, notamment si vous avez un groupe et ce groupe vous servira à générer toutes les idées et à faire un premier tri. 

Mais pour finir le travail, je vous conseille de nommer un responsable (le plus pragmatique d’entre vous) qui concoctera la version finale, celle-ci devant être approuvée à l’unanimité.

Naturellement, l’avenir vous réservera certainement des surprises et vous serez logiquement amené à apporter des modifications à votre plan de promo et à son déroulement. Pour illustrer cette notion de rétroplanning, je vais vous révéler le mien et la façon dont il a évolué tout au long de la période de promo sur un an. 

Pour diverses raisons, notamment d’ordre géographique, je n’ai pas pu inclure tous les éléments que comprend généralement un plan de promo, en particulier en ce qui concerne le live, mais j’ajouterai des infos concernant ces différents éléments lorsque cela sera nécessaire.

Sachez donc qu’un rétroplanning sérieux vous placera toujours en tête pour concourir à tous les évènements. Il vous distinguera de vos concurrents et montrera que vous maitrisez la situation car vous avez anticipé. 

LE RÉTROPLANNING DE SORTIE POUR L'ALBUM DANCE (SOUL WARRIORS)

Après une première période de promo portant sur deux titres, Dance (version single) et The samurai Of Love, l’album est sorti en physique le 2 mars. Dans le même temps, des publicités sont parues dans les magazines Guitar Part, Guitar Xtrem, Guitare sèche, Bassiste et Soul Mag.

Toujours dans le but d’avoir une bonne synchro, des chroniques plutôt élogieuses sont parues dans ces magazines. Mais attention, ça n’est pas parce que j’ai fait des pubs payantes que j’ai eu de bonnes chroniques, on ne débauche pas les journalistes qui aiment ou n’aiment pas votre musique. 

Dans le même temps l’agence Music Media Consulting que j’avais mandatée pour la promo radio et web de l’album faisait son travail, apportant son lot d’articles et de passages radio.

L’album a eu un beau succès d’estime et est bien passé en radio, notamment sur des têtes de réseau en Bretagne, dans le sud est, dans l’Est, en Ile de France, la palme revenant aux radios du sud ouest, notamment sur Toulouse et Bordeaux. Côté radios périphériques j’ai été heureusement surpris par l’accueil de Europe 1 et RTL qui ont trouvé le single très bien fait.

Hélas, il n’y avait pas assez de place à l’international pour le passer. Car je n’avais pas le pouvoir des majors et même si l’agence a bien fait son travail, il y a des limites. 

Dans le même temps j’ai publié sur Facebook toutes les infos et résultats de la promo (articles mags, passages radio, articles web) sur mes pages JJ Rébillard, Editions JJ Rébillard et Soul Warriors.

Sans oublier de publier l’un après l’autre les 9 titres restants de l’album de telle façon que la communication soit quasi permanente. Tout cela faisait monter la pression et préparait la suite et la phase la plus importante, soit les sorties numériques de l’album, du single et la sortie du clip sur Youtube. 

J’avais prévu les sorties numériques de l’album et du single de telle façon qu’elles précèdent et suivent celle du clip. L’album est donc sorti sur les plateformes le 28 mars, le single le 6 avril et le clip le 3 avril. Le rôle du clip a été assez fondamental pour l’album des Soul Warriors. Le nombre de vues est monté assez rapidement puisque on a atteint les 2000 vues en quelques jours et les 15000 en 3 semaines. J’ai fait une promo assez conséquente sur Facebook durant tout le mois d’avril. Les partages, notamment ceux des danseurs, danseuses et de mes amis du réseau ont été importants et expliquent cette progression rapide. Que s’est-il passé ensuite ? Vous le saurez dans la part 6… 

JJ RÉBILLARD

LE RETROPLANNING DE L’ALBUM DANCE (SOUL WARRIORS) EN 10 DATES 

6 avril 2018 : sortie numérique du single Dance

3 avril 2018 : sortie du clip Dance

28 mars 2018 : sortie numérique de l’album Dance

2 mars – 28 mars 2018 : promo radio, web, presse, chroniques et publication sur Soundcloud et Facebook des 9 derniers titres de l’album.

2 mars 2018 : sortie physique de l’album Dance. 

25 février 2018 : publication sur Soundcloud et Facebook du second titre de l’album Dance, The Samurai Of Love. 

20 février : publications des photos du tournage du clip de Dance sur Facebook. 

15 février 2018 : infos sur les premiers résultats de la promo radio.

1er – 10 février 2018 : articles sur le blog jjrebillard.fr (bio des Soul Warriors, story du single…).

22 janvier 2018 : publication sur Soundcloud et Facebook du single Dance 
Rédigé le  19 mars 2019 20:27 dans ACTUALITÉS  -  Lien permanent
0 Commentaires