Err

Blog JJ Rébillard

BLUES SECRETS (LEADBELLY)

Après Charley Patton, un deuxième article pour cette nouvelle série de portraits consacrés aux légendes du blues. Ces portraits se veulent à la fois des stories, des histoires de vie mais aussi des analyses de style où vous découvrirez  tout ce qui façonne le son et le phrasé des légendes du blues. A noter que l’on s’intéresse ici spécifiquement aux guitaristes. Cette fois, et toujours au chapitre des pionniers, nous allons parler de Leadbelly.

UN MULTI-INSTRUMENTISTE PRÉCOCE

Avant toute chose et comme pour les articles consacrés aux pionniers, je vous engage à relire l’introduction de cette rubrique Blues Secrets. Elle est consacrée aux hollers qui sont la base du langage blues et dont la trace est encore très présente chez les premiers bluesmen. Second pionnier parmi les pionniers, le fameux Leadbelly de son vrai nom Walter Boyd dit Huddie Leadbetter, est né en Louisianne en janvier 1888, bien que certaines sources évoquent l’année 1889 et même parfois 1885. Toutefois, 1888 reste la version la plus plausible.

Il n’est pas seulement guitariste mais multi-instrumentiste et son premier instrument est un accordéon qu’il reçoit très jeune de son oncle puis il se met à la guitare mais on le retrouve aussi au piano, à la mandoline, à l’harmonica et même au violon. Arrivé au Texas à l’âge de cinq ans, Leadbelly est précoce, joue de la guitare et chante dès l’âge de 15 ans, puis c’est justement au piano qu’on le retrouve un an plus tard dans les maisons closes de Shreverport !

C’est le début d’une carrière mouvementée qui le voit rapidement parcourir les routes du Texas où l’on raconte même qu’il aurait servi de guide à Blind Lemon Jefferson. Marié à l’aube de la vingtaine et jeune père de famille, Leadbelly reste un coureur de jupons invétéré, grand bagarreur n’hésitant pas à se servir de son colt au besoin, comme en 1917 où il passe par les armes un rival à propos d’une sombre histoire de fille et écope de 30 ans de prison au pénitencier d’Angola. En raison de sa bonne conduite, il est éligible pour une libération anticipée le 1er août 1934. 

BLUESMAN OU SONGSTER ?

La longue séquence en prison est paradoxalement fondamentale pour la carrière musicale de Leadbelly car ses talents de guitariste s’y affirmeront. Il les utilise en effet pour distraire prisonniers et gardiens, un vrai bon public au bout du compte. Et ils vont aussi l’aider à sortir de prison car les frères Lomax, grands collecteurs de musique pour la Bibliothèque du Congrès entendent parler de lui et sont très sensibles à l’étendue de son répertoire et à sa carrière qui est déjà considérable, même si une bonne partie a pour toile de fond la prison.

Alan Lomax réussit l’exploit de faire libérer Leadbelly qui devient le chauffeur des deux frères qui l’enregistrent en 1933 et 1934 avant qu’il grave plus de 40 faces pour l’American Record Corporation dont 5 seulement seront publiées. L’essentiel du répertoire blues de Leadbelly date de cette époque (1935-1940) car son style évolue ensuite en s’éloignant de ses racines blues. Il est en effet bientôt le pionnier du nouveau courant folk urbain de Greenwich Village et on le retrouve aux côtés d’artistes comme Woodie Guthrie ou  Pete Seeger.

Durant les années 40, Leadbelly connaît une popularité croissante mais il s’éteint malheureusement avec la décennie en 1949, victime de la terrible maladie de Charcot. En résumé, bien qu’il soit un bluesman dans l’âme, notamment au début de sa carrière, Leadbelly est un songster ou raconteur d’histoires et son répertoire est très varié. Berceuses, chants de cow-boys, country songs, tout peut y passer avec Leadbelly et bien sûr le blues. Un style de blues que l’on peut considérer comme une variante du blues texan mais qu’il rendra bien plus populaire pour le public blanc que pour le public noir où son écho est plus limité. 

THE KING OF 12 STRINGS GUITAR

La guitare 12 cordes est apparue à la fin du 19ème siècle au Texas puis dans le New Jersey où la 12 cordes la plus célèbre est la Stella fabriquée par Oscar Schmidt. Son ambassadeur emblématique est certainement Leadbelly, autoproclamé the King of the 12 Strings Guitar. Comme l’homme, son style de guitare est puissant et il utilise avec personnalité sa Stella en pratiquant un jeu à base de basses alternées à différents tempos mais très impressionnant sur les tempos les plus rapides. Il se sert d’ailleurs principalement de ce type de battement.

Côté style, si vous voulez avoir la régularité et la puissance de jeu de Leadbelly, je vous conseille d’utiliser un onglet pour le pouce. En effet, s’il n’a jamais été considéré comme un virtuose à l’instar d’un Blind Blake, sa mise en place n’en demeure pas moins redoutable. Un autre point essentiel réside dans son accordage très particulier. Avec des cordes de fort tirant, il respecte les intervalles de l’accordage classique (E, A, D, G, B, E) mais il s’accorde régulièrement 5 demi-tons en dessous soit (B, E, A, D, F#, B) voire 6 demi-tons en dessous. 

Je vous donne ci-dessous un lien qui vous permet d’avoir tous les accordages utilisés dans l’album King of the 12 strings Guitar (Columbia) grâce au travail remarquable de Chris Berry & Andrew Mullins…Ca laisse rêveur. On trouve plus rarement des open tunings, mis à part l’open de G (D, G, D, G, B, D) lorsqu’il joue (assez rarement) en slide comme dans Packin’ Trunk. Côté harmonique, Leadbelly utilise bien sûr les séquences classiques du blues mais le format en 12 mesures n’est pas fréquent.

Les accords sont les 3 accords générateurs (E, A, B en E) mais leur distribution n’est la pas la même que dans la grille classique et sont souvent répartis sur des cycles de 8 mesures. Ceci est assez logique lorsque l’on sait que son jeu s’inspire autant des country songs que du blues.

Les liaisons mélodiques sont principalement exécutées sur les basses et constituent souvent des riffs qui peuvent être considérés comme les bases du blues moderne et du rock. Enfin, sur le plan rythmique, on est très binaire et le ternaire apparaît seulement et assez rarement sous forme d’un léger swing feel.

Parmi les titres les plus connus de Leadbelly, Where Did You Sleep Last Night est certainement la balade bluesy number one, notamment du fait de la reprise de Nirvana.

Mais si vous voulez écouter son blues, alors il y a Packin’ Trunk, Becky Deem She Was a Gamblin’ Girl, Four Day Worry Blues, Ox Drivin Blues ou T.B. Woman Blues, titres que vous trouverez dans le fameux album King of the 12 strings guitar.

Car même s’il s’était ainsi autoproclamé, Leadbelly était vraiment le roi de la 12 cordes...

L’album essentiel : King of the 12 strings guitar : https://www.youtube.com/watch?v=beMmfjusc0I


Les accordages de l’album King of the 12 strings guitar : https://weeniecampbell.com/wiki/index.php?title=Leadbelly_Guitar_Keys_and_Positions

JJ RÉBILLARD



Rédigé le  28 mai 2019 19:32 dans BLUES SECRETS  -  Lien permanent
0 Commentaires  

BLUES SECRETS : CHARLEY PATTON

Voici une nouvelle série d’articles en forme de portraits consacrés aux légendes du blues. Ces portraits se veulent à la fois des stories, des histoires de vie mais aussi des analyses de style où vous découvrirez  tout ce qui façonne le son et le phrasé des légendes du blues. On va remonter le temps et naturellement commencer avec les pionniers. A noter que l’on s’intéressera ici spécifiquement aux guitaristes.

AU CŒUR DU DELTA

Avant toute chose et comme pour les articles consacrés aux pionniers, je vous engage à relire l’introduction de cette rubrique Blues Secrets. Elle est consacrée aux hollers qui sont la base du langage blues et dont la trace est encore très présente chez les premiers bluesmen. On commencera donc avec le pionnier des pionniers, le plus âgé, même s’il n’a que quelques années de plus que ses illustres contemporains comme Lonnie Johnson ou Blind Blake. 

J’ai bien sûr nommé le grand Charley Patton dont la place dans l’histoire du blues est de tout premier ordre. Charley Patton est vraisemblablement né en 1891, bien que certains situent sa naissance en 1881, ou en 1885 voire en 1887. Considéré comme Africain-Américain, notre homme avait toutefois le teint plutôt clair et l’on pense que ses origines étaient mixtes, à savoir blanches, noires et autochtones avec une grand-mère cherokee.

Né près de la ville d’Edwards dans le Mississippi, Charley Patton a passé l’essentiel de sa vie dans le Delta. Il grandit dans la plantation de Will Dockery, apprenant la guitare à l’aube du XXème siècle alors qu’il est âgé d’une douzaine d’années, auprès d’un certain Earl Harris qui lui apprend ses premières chansons. Il rencontre également rapidement le musicien Henry Sloan qui joue une forme primitive de blues, un peu comme Texas Alexander au Texas. Son jeu évolue rapidement, il progresse et son oncle Ezell Chatmon fait appel à lui pour l’accompagner dans son string-band.

UNE INFLUENCE MAJEURE

A noter que la famille Chatmon (les enfants d’Ezzel, Bo, Sam et Lonnie) formeront avec leur frère adoptif et guitariste Walter Vincson les fameux Mississippi Sheiks en 1926. Puis Charley Patton commençe une carrière itinérante qui suit le cours du Mississippi. Sa popularité va croissant et il rencontre de nombreux musiciens et guitaristes de blues comme Willie Brown qui sera notamment son sideman et qui enregistrera quelques titres avec lui pour Paramount Records. A noter que le grand bluesman Tommy Johnson a beaucoup appris de Brown et Patton en matière de guitare. On peut dire qu’ils furent ses plus grandes influences. 

Charley joue aussi avec un certain Robert Johnson et sera encore le prof de guitare d’Howlin’ Wolf. Autant dire que le musicien aura eu une influence considérable et aura écrit l’une des plus grandes pages de l’histoire du blues. Il est également l’un des premiers bluesmen du Mississippi à avoir enregistré. Nous sommes alors en 1929 et Patton a certainement dépassé la quarantaine. Son style qui s’est forgé dans les deux premières décennies du XXème siècle est arrivé à maturité. Il enregistre en tout une bonne quarantaine de titres, d’abord pour un certain Speir, propriétaire d’un magasin de disques puis pour Paramount. 

Malheureusement, la carrière discographique de Charley Patton ne dure pas très longtemps car il meurt en avril 1934 d’une crise cardiaque, peu de temps après avoir gravé ses dernières faces à New York. Côté style, c’est très riche et notre homme laisse derrière lui un héritage inestimable. Son répertoire est d’une grande diversité et l’on y trouve bien sûr beaucoup de blues mais aussi du ragtime, des hillbilly songs ou folk songs, des ballades empruntées à la musique rurale blanche de la fin du XIXème siècle et autres formes de country dance music.


UN STYLE DE GUITARE UNIQUE

Son style de guitare est assez unique en son genre, basé sur un finger picking plutôt élaboré pour l’époque, ponctué de percussions sur le corps de sa guitare. Il utilise aussi beaucoup le bottleneck en jouant en lap-style avec la guitare posée sur ses genoux. De ce fait et comme beaucoup de pionniers, il affectionne particulièrement les open-tunings, notamment l’open de G (D, G, D, G, B, D), ce qui simplifie le jeu et permet de se concentrer sur la performance vocale tout en ayant un solide accompagnement.

Mais ce n’est pas tout et vous avez dû vous en apercevoir si vous avez essayé de transcrire des titres de son répertoire. Ainsi, il s’accorde fréquemment un demi-ton au dessus, voire un ton ou ce qui est encore plus rare un ton et demi au dessus. Vous n’avez certainement jamais joué avec un accordage aussi haut mais il facilite le jeu en slide du fait de l’action plus haute des cordes (distance entre les cordes et le manche).

Donc, vous êtes prévenus, attention à la casse !! Côté rythmique, on est souvent binaire, comme chez beaucoup de pionniers. Son jeu en accords est basé sur les open tunings, ponctué de lignes mélodiques en forme de liaisons le plus souvent réalisées au bottelneck et construites sur les gammes de blues à tous les stades, les gammes au 3ème stade étant les plus représentées.

Son chant est à l’image du personnage, avec un phrasé assez haché et percutant. Patton avait en effet la réputation d’un individu assez violent, coureur de jupons, n’hésitant pas à jouer des poings à l’occasion. Fidèle aux hollers primitifs, son phrasé vocal est en forme de question-réponse avec les percussions qu'il effectue en tapant sur le corps de sa guitare ou avec son jeu rythmique et mélodique.


Parmi ses plus grands titres, on retiendra Down The Dirt Road Blues, Banty Rooster Blues, Poney Blues, High Water Everywhere (qui évoque les crues légendaires et destructrices du Mississippi), Tom Rushen Blues, High Sheriff Blues, Hammer Blues pour ne citer que les plus célèbres. Je vous donne quelques liens pour écouter le grand Charley Patton dont l’influence fut absolument majeure. Enfin, la leçon de Pete Madsen sur Acoustic guitar me semble tout à fait remarquable pour comprendre son style et son jeu.
JJ RÉBILLARD

Rédigé le  15 mai 2019 18:08 dans BLUES SECRETS  -  Lien permanent
0 Commentaires  

SOUL WARRIORS : REFLEXIONS SUR LA PROMO D'UN ALBUM (EPILOGUE)

Comme je vous l’ai largement fait savoir tout au long de l’année 2018, j’ai sorti l’album Dance de mon groupe de soul, les Soul Warriors et j’ai fait une campagne de promo qui a commencé fin janvier 2018 et continuera finalement jusqu’en avril 2019, après tout pourquoi se priver quand ça fonctionne. Au final, quels sont les résultats ? Voici un bilan complet en chiffres qui vous donnera une idée de ce que l’on peut obtenir en y passant pas mal de temps et en ne comptant pas son énergie. Naturellement, on peut faire mieux, on peut faire moins bien aussi. A vous de juger…

L’HEURE DES COMPTES

L’heure des comptes a sonné, voici donc les résultats que j’ai obtenus avec un an de promo sur l’album Dance des Soul Warriors (j’ai fait quelques arrondis au chiffre supérieur ou inférieur pour plus de lisibilité).

1- Sur Facebook, la campagne a été principalement active du 22 janvier au 15 juin 2018. Les publications ont atteint 280000 personnes, avec 24000 interactions.

2- Sur Souncloud où la campagne a été active du 22 janvier au 28 mars 2018, il y a eu 9000 écoutes sur l’ensemble de l’album et un trio gagnant composé des titres Dance, The Samurai Of Love et Soul Warrior.

3- Sur les radios françaises, 200 passages recensés ce qui ne tient pas compte des petites radios et autres webradios mais seulement des têtes de réseau d’après les chiffres officiels de l’attaché de presse.

4- Sur Feature FM-Deezer, 100000 streams, 1200 play-lists et 4000 engagements. A noter qu’il y a eu 100000 streams en plus sur Deezer hors campagne Feature.

5- Sur Radio Airplay-Jango, 30000 écoutes avec le trio gagnant composé de If I Had One Wish, The Samurai Of Love et Dance, avec une grande majorité d’écoutes aux USA et dans le monde anglo-saxon. Et If I Had One Wish dans le Top 10 de la semaine 49 de 2018.

 6- Sur Spotify, 32000 auditeurs, 215000 streams dont 80000 pour If I Had One Wish (Weekly Discover Playlist Spotify depuis le 1er octobre 2018 et ça continue toujours) et 1000 play-lists.

CONCLUSIONS

Je reste discret et ne peux donc vous révéler quel a été mon chiffre d’affaire et le budget promo mais sachez que ce dernier n’était pas donné. Par ailleurs, l’opération était pour moi une campagne de promo sur mon groupe et sur le nom JJ Rébillard.

Le budget était donc inclus dans mon budget global de communication et ça n’est évidemment pas la même chose que lorsque l’on veut gagner sa vie avec sa musique.

Je ne regrette rien, j’ai beaucoup appris et il est évident que je ne mettrai pas mes billes dans les mêmes paniers pour une prochaine production. Je sais maintenant où il faut investir et notamment que c’est à l’international en général et dans le monde anglo-saxon en particulier qu’il faut travailler en ce qui me concerne. Enfin, il me semble indispensable de vous révéler ce que j’ai appris sur les distributeurs et les plateformes.

Pour les premiers, je vous recommande CD Baby (ils sont les premiers historiquement parlant) et Tunecore. Je les ai testés tous les deux sur différentes productions et ce sont des gens honnêtes, même si l’on a parfois quelques difficultés à avoir des factures en bonne et due forme.

Pour les streams, les chiffres de Spotify sont rigoureusement exacts, j’ai eu l’occasion de le vérifier et d’en avoir la preuve. Mais malheureusement, il n’en n’a pas été de même avec Deezer et il y a eu des incohérences entre les chiffres fournis pas Deezer et ceux fournis par Feature FM.

ULTIMES CONSEILS

D’une manière générale, les chiffres de Deezer se sont révélés de 70% inférieurs à ce qui était prévu, rien que pour les streams issus de Feature. Je ne sais pas comment ils font leurs calculs mais on ne peut malheureusement pas les discuter.

Mais vous ne vous passerez pas de Deezer, surtout pour la France, pas plus que des autres plateformes, même si Spotify concentre la moitié des streams mondiaux. En conséquence, communiquez de préférence en envoyant vos auditeurs sur Spotify ou Apple Music.

Ne négligez pas les réseaux sociaux, mais travaillez davantage Facebook que Instagram. Même si tout le monde est là actuellement, vous risquez d’être noyés, donc c’est cool pour quelques bons selfies, un peu de notoriété mais pour le reste, il est risqué d’investir sauf si votre porte-monnaie déborde…

Les concerts sont également une belle source de promo. D’une part, vous y vendrez vos albums et d’autre part, vous attirerez des auditeurs pour vous écouter sur les plateformes. Enfin, un attaché de presse peut être intéressant mais il faut vraiment avoir ses entrées, sinon, gare aux dépenses excessives.

J’espère vous avoir apporté des infos qui vous seront utiles dans la suite de votre carrière et vous seront utiles dans la jungle actuelle. Je vous souhaite une seule chose, la réussite même si la réussite financière ne doit pas être considérée comme une fin en soi. N’oublions pas que nous sommes là avant tout pour nous faire plaisir, et que seuls comptent la musique et ce vous apporterez à votre public.

JJ RÉBILLARD
Rédigé le  30 avril 2019 19:48 dans ACTUALITÉS  -  Lien permanent
0 Commentaires  

SOUL WARRIORS : REFLEXIONS SUR LA PROMO D'UN ALBUM (PART 10)


Comme je vous l’ai largement fait savoir tout au long de l’année 2018, j’ai sorti l’album Dance de mon groupe de soul, les Soul Warriors et j’ai fait une campagne de promo qui a commencé fin janvier 2018 et continuera finalement jusqu’en avril 2019, après tout pourquoi se priver quand ça fonctionne. Au final, quels sont les résultats ? Je commence avec une notion essentielle sur ce que rapporte un stream puisque c’est à présent le nerf de la guerre.

COMBIEN RAPPORTE UN STREAM ?

Voici donc une question cruciale, car vous avez certainement lu de nombreux articles sur le net indiquant que le streaming ne rapportait pas grand chose aux artistes (et même aux producteurs et éditeurs) s’il n’y avait pas des millions d’écoutes.

On ne peut malheureusement dire le contraire. En effet, le problème n°1 du streaming est l’écoute gratuite sur les plateformes. En fait, les plateformes proposent ce type d’écoute à condition que les auditeurs acceptent une interruption de leur musique préférée pour écouter une pub.

Ce type d’écoute gratuite n’est quasiment pas rémunéré et c’est là que le bât blesse car les plateformes gagnent de l’argent avec la pub. Les chiffres autorisés, connus et le plus souvent publiés sur le rapport du streaming sont ceux des écoutes payantes sur abonnement de type premium.

En voici quelques uns, sachant que ces chiffres peuvent varier dans des proportions qui restent faibles à la hausse comme à la baisse : Apple music (0,006€), Deezer (0,0055€), Spotify (0,0045€), You Tube Music (0,0001€).

Par contre les streams dans le cadre d’une écoute gratuite ne rapportent pratiquement rien. Ainsi, dans le meilleur des cas, on obtiendra 0,0001€, mais cela peut malheureusement être encore bien moins…Du coup, il vous faut faire des millions voire des milliards de streams pour espérer un revenu décent, à condition toutefois d’être producteur-éditeur car si vous n’êtes que l’artiste, vous ne toucherez que 10% de ce maigre gâteau. 

Donc, faisons un simple calcul : pour payer un abonnement d’un an à Tunecore ou CD Baby pour distribuer un album, qui vous coûtera en moyenne 50€, vous devrez avoir 10000 streams en premium ou 500000 streams en écoute gratuite. Bon, allez je ne veux pas vous démoraliser mais tout cela n’est pas franchement positif. Et pourtant, c’est comme ça…

DES ESCROCS PATENTÉS ET DES PETITS MALINS

Alors, émus par ce problème, des escrocs proposent des solutions comme l’achat de streams sur Spotify ou de vues sur Youtube. Mais attention à ce genre d’arnaque, car il n’y a rien à la clé le plus souvent, sauf une société dont vous ne découvrirez le nom que lorsque vous aurez payé…et qui se révèlera en dépôt de bilan.

Et lorsque vous arrivez à avoir vos streams ou vos vues pour des budgets finalement assez couteux, Spotify ou Youtube vous ont à l’œil, risquent de vous rétrograder et vous serez alors un peu grillé. 

Restent les petits malins qui ont des copains informaticiens qui savent monter des réseaux de robots et faire tourner et tourner des titres pendant les 30 à 40 secondes que demande un Stream pour être comptabilisé.


Toutefois, si ce n’est pas cohérent, vous risquez aussi des problèmes, sachant malgré tout que certains ont réussi à gagner pas mal d’argent avec ce genre d’escroquerie…jusqu’à ce que le subterfuge soit découvert. Mais il y en a qui arrivent tout de même à passer entre les mailles du filet.

Ainsi, un certain William Bedell explique sur le site Motherboard comment il a créé un savant programme pour multiplier les écoutes de ses titres sur Spotify. Sans déployer les grands moyens, son système lui a permis selon ses dires de générer 29,83€ par jour sans rien faire, soit 10895€ sur une année.

Allez, vous voyez que l’on peut gagner sa vie avec sa musique et les streams. Bon, d’accord, il est préférable d’être un peu informaticien mais le jeu peut apparemment en valoir la chandelle. Il paraitrait que ce petit jeu soit l’amusement favori des artistes de musique urbaine. 

FAUSSES RUMEURS ET VRAIS SCANDALES

Quoiqu’il en soit et quel que soit le style de musique, le boss du célèbre label Believe indique que les procédures de contrôle sont désormais très efficaces pour repérer les fraudes et les comptabiliser.

A priori, que cela soit chez Spotify, Apple Music ou Deezer le phénomène semble maitrisé. Mais c’est comme le reste, démontez une ruse ou une fraude et il s’en créera aussitôt de nouvelles, surtout sur le net. Dans tous les cas, je vous déconseille absolument d’avoir recours à ce genre de procédé.

Pour exemple, un scandale touchant des majors et des artistes célèbres a été révélé il y a quelques années fin 2012. Ces majors sont bien connues, à savoir Universal ou Sony-BMG et avaient triché, achetant des centaines de millions de vues sur Youtube.

Tout ce beau monde a été rétrogradé et s’est vu parfois ramené de 670 millions de vues à 237 millions, comme pour Britney Spears. Michal Jackson ne faisait pas vraiment mieux (635 millions ramenés à 348 millions), Chris Brown (455 ramenés à 258) ou Beyoncé (457 ramenés à 305). Sanction impitoyable, mais en avaient-ils besoin ?

Alors, si vous voulez rester dans les clous, éviter des investissements et autres prises de risque inutiles, il vous faudra donc pas mal de fans, et une belle présence sur le net en général ainsi que sur scène si vous voulez avoir des chances de gagner un peu d’argent.

Oh, on ne demande pas grand-chose mais au moins de quoi rembourser le coût de la distribution. Conclusion un peu triste mais bien réelle. Après ces belles considérations, je vous attends dans la dernière partie, le bilan des Soul Warriors en chiffres, où je ne vais pas vous mentir, bien sûr. A suivre…


JJ RÉBILLARD 

Rédigé le  24 avril 2019 18:43 dans ACTUALITÉS  -  Lien permanent
1 Commentaires  

SOUL WARRIORS : REFLEXIONS SUR LA PROMO D'UN ALBUM (PART 9)

Comme je vous l’ai largement fait savoir tout au long de l’année 2018, j’ai sorti l’album Dance de mon groupe de soul, les Soul Warriors et j’ai fait une campagne de promo qui a commencé fin janvier 2018 et continuera finalement jusqu’en avril 2019, après tout pourquoi se priver qans ça fonctionne. Quels sont les résultats, quels sont les difficultés que j’ai rencontrées, quels médias ai-je utilisé, avec quel budget, comment ai-je orchestré tout cela et quels conseils puis-je vous donner ? C’est ce que je continue à vous expliquer dans cette avant dernière partie, sans aucune prétention, bien sûr... 

FEATURE FM & RADIO AIRPLAY : INDISPENSABLES ?

Avant un argumentaire précis sur les résultats que j’ai obtenus sur Feature FM et Radio Airplay, il me semble important de rappeler qu’il n’existe pratiquement pas d’autres services de ce type. En effet, en dehors des agences et attachés de presse et de tout ce que vous pouvez faire sur les réseaux sociaux pour vous faire connaître, force est de constater qu’il n’y a pas grand chose.

En ce sens, Feature et Radio Airplay reposent sur des idées tout à fait louables. Ensuite, il ne faut pas non plus en attendre des miracles et savoir s’en servir. Bien sûr, et nous allons revenir sur cette question, il faut investir un peu, c’est absolument obligatoire mais le jeu en vaut la chandelle.

Comme je l’ai déjà dit, comme Feature fonctionne avec Deezer, il sera le bon outil pour communiquer sur la France, notamment avec des titres en français. Mais côté targeting, c’est assez calibré et il faut vraiment correspondre à leur panel d’artistes, ce qui peut limiter un peu les possibilités si votre prod sort des sentiers battus ou qu’elle s’identifie à des styles un peu trop différents. 

DES OUTILS COMPLÉMENTAIRES

Côté Radio Airplay, le panel d’artistes est extrêmement vaste et vous serez beaucoup plus libre que sur Feature. Il faut aussi considérer que leur radio Jango s’adresse à un public majoritairement anglo-saxon, donc si vous avez des textes en français, ça ne sera peut-être pas le meilleur outil.

Mais dans tous les cas, Feature et Radio Airplay n’ont pas du tout le même objectif et on peut considérer qu’ils sont complémentaires. Le premier vous aidera à communiquer et à vous faire connaître sur une plateforme comme Deezer. Le second est vraiment un outil radio internet et vous permet de faire connaître vos titres à un large public. 

Ensuite, les liens entre Radio Airplay et les plateformes comme Spotify sont un peu subjectifs et on peut se demander s’il y a réellement un lien. Personnellement, je pense que oui car quelqu’un qui apprécie vos chansons sur Jango sera peut-être très heureux de les écouter à volonté sur Spotify avec son abonnement premium. On ne peut rien certifier à 100% mais cela me semble tout de même évident et je l’ai moi-même constaté. De la même façon, tout ceci fonctionne aussi avec Youtube, Instagram, Facebook, en fait c’est un peu comme une toile d’araignée que vous tissez, où tout est intimement lié. 

COMBIEN CA COUTE ?

C’est là qu’il faut avoir un peu de moyens ou savoir choisir en fonction de ses objectifs, notamment par rapport au ciblage géographique dont je parlais précédemment. Pour Feature, une campagne coutera au minimum 50$. Avec cette campagne, vous achetez 2500 streams.

Ensuite, tout dépend de l’auditeur qui s’engage et peut ajouter votre titre à ses favoris, voir la page de votre album, votre page artiste ou vous ajouter à une play-list. Les résultats varient respectivement ainsi en moyenne (le premier chiffre indique le mini moyen d’engagements et le second le maxi moyen). 

Favoris (10-45), page album (20-50), page artiste (0-10), play-list (10-40). Attention, vous pouvez faire mieux mais vous pouvez faire aussi moins bien, mais j’ai fait suffisamment de campagnes sur Feature pour vous dire que ces chiffres sont fiables.

J’ai fait des campagnes pour 100$ et 5000 streams mais dans le meilleur des cas, j’ai atteint 100 play-lists. Le chiffre fourni sur la pub Feature-Tunecore est donc plausible mais il n’est plus forcément d’actualité car vous n’êtes pas seul et la concurrence est féroce. 

Pour Radio Airplay, vous achetez des crédits qui vous servent à faire de la promo dans le but de faire connaître vos titres et d’avoir de l’audience. 1000 crédits pour 1000 écoutes coûtent 30$. Avec 1000 crédits, vous pouvez tenir un mois à condition de ne pas activer certains paramètres que je vous laisse découvrir.

Si un ou plusieurs de vos titres dépasse les 100 écoutes par semaine et que vous avez au moins un nouveau fan sur chacun de ces titres, Radio Airplay peut vous offrir des crédits avec le pop score.

Voici une estimation du nombre de crédits que vous pouvez gagner. 0 crédit (note pop score inférieure à 50), 50 crédits (note pop score entre 50 et 80), c’est le cas le plus fréquent, 100 crédits (note pop score entre 80 et 90) ou 250 crédits note pop score supérieure à 90).

Enfin et je vous le souhaite si vous êtes dans le top 10 de la semaine, jackpot avec 1000 crédits. Mais en 10 mois, cela m’est arrivé une seule fois. Bon, en 10 mois également, Radio Airplay m’a offert 20000 crédits, soit l’équivalent de 600$. 

COMBIEN CA RAPPORTE ?

Dans les deux cas, il vaut mieux parler de rapport en termes d’audience car je vous donnerai les chiffres de rapport d’un stream dans la dernière et dixième partie et vous risquez d’être fort déçu…Mais ce sont indiscutablement deux outils fondamentalement intéressants et comme il n’existe pratiquement que ceux-là, un peu incontournables. 

En résumé, si vous ciblez un public français, je vous conseillerais plutôt Feature mais à petite dose, le temps de voir les résultats (une campagne à 50$ peut durer 1 ou 2 semaines, généralement moins d’un mois).

De cette façon, vous êtes vite fixés. Vous pouvez faire aussi un peu de Radio Airplay en ciblant les pays francophones. Si vous ciblez un public anglo-saxon et même mondial, je vous conseille Radio Airplay, avec une petite dose de Feature, une fois que vous savez quel titre va fonctionner. Donc, à vous de jouer…

JJ RÉBILLARD
Rédigé le  18 avril 2019 19:07 dans ACTUALITÉS  -  Lien permanent
0 Commentaires  

SOUL WARRIORS : REFLEXIONS SUR LA PROMO D'UN ALBUM (PART 8)


Comme je vous l’ai largement fait savoir tout au long de l’année 2018, j’ai sorti l’album Dance de mon groupe de soul, les Soul Warriors et j’ai fait une campagne de promo qui a commencé fin janvier 2018 et continuera finalement jusqu’en avril 2019, après tout pourquoi se priver quand ça fonctionne. Quels sont les résultats, quels sont les difficultés que j’ai rencontrées, quels médias ai-je utilisé, avec quel budget, comment ai-je orchestré tout cela et quels conseils puis-je vous donner ? C’est ce que je continue à vous expliquer dans cette avant dernière partie, sans aucune prétention, bien sûr... 

RADIO AIRPLAY

Passons au second partenaire des principaux distributeurs numériques, Radio Airplay. En cliquant sur les services partenaires de votre distributeur, vous avez de fortes chances de retrouver Radio Airplay. Le message qui s’affiche est le suivant :

"Bénéficiez de passages garantis sur des webradios et touchez des millions d'auditeurs qui apprécient votre style de musique." Encore une fois, le slogan est alléchant…mais le service est bien sûr payant. Pour démarrer, une offre spéciale vous propose 100 passages garantis en bonus offert lors de votre inscription.

Comme son nom l’indique, Radio Airplay vous permet d’avoir de l’audience via l’internet radio Jango. What’s Jango ? Millions Of Songs - Free Music On Line…Jango et ses relais webradios dans tous les styles qui peuvent diffuser vos titres dans le monde entier avec une préférence pour les Etats Unis, le Canada, le Mexique mais encore une fois, c’est vous qui déterminez le ciblage.

Il est ainsi évident que si vous proposez de la musique anglo-saxonne, vous ciblerez notamment les pays correspondants et votre audience sera plus large que si vous proposez de la musique en langue française, sachant que Jango est bien plus écoutée sur le continent américain qu’en Europe.

COMMENT CA MARCHE

Le principe est simple : une fois que vous avez utilisé les 100 crédits gratuits, vous devrez choisir un package parmi les 5 proposés : 250 crédits pour 10$, 1000 crédits pour 30$, 4000 crédits pour 100$, 9500 crédits pour 200$, 25000 crédits pour 500$. Chaque fois qu’un titre est joué sur une station, vous payez un crédit.

Ensuite, vous pouvez booster vos passages mais cela pourra vous coûter 2 crédit pour jouer une chanson. Avec le package à 10$, vous pouvez télécharger 10 de vos morceaux, 20 pour le package de 30$, etc. Bien entendu, et comme sur Feature FM, vous pouvez télécharger des éléments complémentaires (pochette, bio, vidéo…) pour créer votre profil.  

On marche toujours avec le ciblage (targeting) : géographique, artistique selon le même principe que pour Feature : ciblage général sur votre style qui pourra comprendre un nombre important d’artistes mais qui sera précisément en rapport avec votre style. Et un ciblage titre par titre avec un nombre d’artistes beaucoup plus limité.

Encore une fois, le ciblage a un rôle primordial et il s’agit de ne pas faire d’erreur. En effet, si vous ciblez Jimi Hendrix, Radio Airplay proposera aux auditeurs de Jango qui écoutent le Vooddo Child d’écouter votre titre. 

AVEC DES FANS, C’EST MIEUX

Mais s’il n’est pas à la hauteur, l’auditeur ne sera pas satisfait, ne deviendra pas votre fan et évitera votre titre lors d’une prochaine proposition de Jango. Car ici, l’engagement se fait lorsqu’un auditeur apprécie suffisamment votre musique et votre chanson pour devenir fan. Et vu la densité actuelle de la production, c’est comme ailleurs et il est de plus en plus difficile d’avoir des fans.

Allez, on va dire que si 3% de vos auditeurs deviennent fans, vous êtes déjà très fort. Mais la moyenne tourne autour des 1,5%, d’ailleurs, Radio Airplay est honnête et vous l’annonce d’entrée sur sa home page. 

Pour vous dire combien le ciblage est important, en voici un exemple, malheureusement issu d’un bien triste événement. Pour le ciblage général et celui d’un certain nombre des chansons des Soul Warriors, j’avais choisi entre autres une illustre chanteuse en la personne d’Aretha Franklin qui était encore bien vivante en mai 2018.

En août, très exactement le 16, Aretha nous a quittés et naturellement, tout le monde s’est mis à écouter et réécouter Lady Soul. De ce fait, tous mes titres se sont envolés, notamment ceux qui ciblaient la chanteuse. J’ai ainsi bien malgré moi obtenu des écoutes que j’aurais préféré ne pas avoir car j’avais tellement d’estime et d’admiration pour Aretha que j’étais un peu gêné, mais elle aurait certainement été contente pour nous. 

UN BON CONSEIL EST TOUJOURS UTILE

Si j’ai un conseil à vous donner, c’est de commencer en mettant à l’écoute tous les titres de votre album : encore une fois, c’est le public qui décide et si vous avez bien peaufiné votre ciblage, vous saurez très vite quels titres plaisent et vont fonctionner.

Ainsi, If I Had One wish a tout de suite eu le vent en poupe, exactement comme sur Feature FM. Ensuite, lorsque vous aurez les toutes les infos en main sur les bons titres, réduisez le nombre de titres en écoute en privilégiant ceux qui ont du potentiel.

Et si vous avez plus de 100 écoutes payantes sur un titre en une semaine, vous aurez des bonus, à savoir des crédits gratuits. Et si vous avez en plus des fans sur ces titres, vos chances d’avoir des crédits gratuits seront plus grandes.

La gestion de vos titres et de vos crédits est donc un élément fondamental, qui complète un bon ciblage. Pour illustrer cette idée, If I Had One Wish (encore lui) a été dans le top 10 de Radio Airplay la première semaine de décembre 2018. Comme quoi, il ne faut pas ménager ses efforts, essayer de gérer au mieux en étant à l'écoute du public, et cela finit toujours pas payer. En effet, 1000 crédits m’ont été offert pour ce top 10 en plus du prestige que cela représente. Beau cadeau de noël en avance…

Et bien entouré avec ça : huit artistes américains dans tous les styles (R&B, Hip Hop, Country, Rock, Pop, Rock alternatif, Blues, Latin), un australien (Classique) et un top 10 complété par les Soul Warriors, groupe international basé à Paris, seul artiste français en quelque sorte. A priori, question musique, les américains sont bien plus ouverts que nous, ce genre de mélange n'est pas très bien admis dans nos belles contrées...
La suite dans la part 9 !!

JJ RÉBILLARD

Découvrez ici le top 10 Radio Airplay de la semaine 49 en 2018 avec les Soul Warriors : https://www.radioairplay.com/music+promotion/top_10_songs?week=49&year=2018


Rédigé le  10 avril 2019 20:59  -  Lien permanent
0 Commentaires