Blog JJ Rébillard
  Retour aux billets

STORY ET ANALYSE DE STYLE : QUEEN (PART 5)


MATOS DE CHOC

• GUITARES

Brian May joue principalement sur la fameuse Red Special. C’est une guitare qu’il a conçue avec son père en 1965 et sa forme s’inspire d’une Framus solid body dont les pans coupés seraient toutefois différents.

Le corps est en acajou et le manche en chêne, celui-ci ayant été récupéré dans une vieille maison abandonnée depuis des lustres. Les micros sont des Burns Tri-Sonics mais Brian May les a modifiés en les rebobinant et....en les remplissant d’araldite pour éliminer les parasites.

Chaque micro possède un switch d’inversion de phase ainsi qu’un switch on-off. Avec deux switches par micro et trois micros, on a donc six switches auquel on ajoutera un potentiomètre de volume et un trebble-cut.

Les micros sont de plus montés en série. On signalera pour la petite histoire que Brian May avait ajouté une distorsion (fuzz-box) qu’il avait carrément incorporé dans sa guitare, mais cette disto a été supprimée au milieu des seventies.

Il joue parfois sur le modèle Guild qu’il a conçu à partir de la Red Special, mais c’est beaucoup plus rare. Côté cordes, il utilise un tirant ultra light 009-010-011-016-022-034 et le Mi 6ème est ainsi celui de la corde de La d’un jeu 009-042 ordinaire !

Ajoutez encore une action très basse de ses cordes et vous comprendrez aisément que notre homme puisse tirer de sa guitare des sons inédits puisqu’il a une guitare unique, un tirant unique et action des cordes toujours aussi unique.



• AMPLIS


A ce niveau, Brian May est avant tout fidèle aux Vox AC30 mais il possède aussi un Gallien Kruger et un petit ampli stéréo fabriqué par l’un de ses roadies.

En overdrive, il arrive à faire sonner ce dernier comme une flute ou une section de cordes en fonction des réglages choisis.

• EFFETS

Sur ce plan, le guitariste de Queen est assez prolixe et s’est toujours démarqué en utilisant des effets assez peu communs. Il avait même un rack d’effets en tous genres particulièrement impressionnant à la fin des seventies.

Actuellement, il se sert d’un booster, d’un Vox phaser, d’un harmoniser Eventide (monstrueux mais coûteux) et de deux digital delay MXR.

Ajoutez une pédale chorus Boss et et deux pitch transposers ART et vous aurez une idée complète sur la question. 


POUR AVOIR LE SON BRIAN MAY


• La guitare :
sur ce plan, j'ai envie de vous dire...prenez la Red Spécial de Brian et tout sera plus simple. Il est possible en trouver des modèles de série pour moins de 800€ mais je je suis pas certain que ce type d'instrument vous permette d'approcher vraiment le son du maitre.

Dans ce cas, il vous sera très utile d'avoir un multi-effet ou un rack très performant composé de nombreuses pédales.

Une guitare comme la Music Play JJ Rébillard dont je me suis servi sur tant de Guitar Collector's avec ses deux micros Bill Lawrence à barettes (empilage vertical) et son double Seymour Duncan Billy pourra largement faire l'affaire...si vous avez aussi les switches qui vous permettent d'avoir les 11 combinaisons de sons.

En bref, il est conseillé d'avoir une guitare un peu sophistiquée voire customisée !!

• L'ampli : les VOX AC30 sont très conseillés mais le Gallien Kruger, plus moderne est également très bien.

Les effets : comme nous l'avons vu précédemment, munissez-vous d'un rack composé de multiples pédales qui sera performant pour approcher les qualités vintage du son Brian May. Mais un bon multi effet plus classique fera très bien l'affaire, à condition de passer pas mal de temps en programmation. 

JJ REBILLARD   
Rédigé le  8 nov. 2016 19:41 dans QUEEN  -  Lien permanent

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site