Blog JJ Rébillard
  Retour aux billets

STORY ET ANALYSE DE STYLE : QUEEN (PART 1)



PROGRESSIVE ROCK

Au tout début des seventies, le hard rock commence à se transformer en metal sous l’impulsion de groupes comme Black Sabbath ou Led Zeppelin. Le rock évolue vers une forme de plus en plus sophistiquée que l’on qualifie rapidement de progressive rock.

Certains groupes choisissent la formule la plus heavy, à l’instar des deux précédents et on citera MC5, Grand Funk ou Steppenwolf pour les Américains et Uriah Heep ou Deep Purple pour les anglais.

La plupart des autres optent pour la formule progressive plus soft, comme Yes, Soft Machine, King Crimson, Gong ou Genesis. Enfin, quelques uns choisissent une voie intermédiaire et le nom de Queen est certainement le plus évocateur à cet égard.

En fait, Queen a toujours été source de controverses et de discussions. Pourtant, force est de constater que le groupe est incontestablement le type même du cocktail réussi. Côté décor, c’est un théatre ou un casino de province baroque.


METAL SYMPHONIQUE LYRIQUE


Côté musique, on retrouve un mélange de Bel Canto, de skiffle, de musique symphonique classique et de metal. Car Queen est avant tout un groupe de metal, du moins jusqu’en 1980 et il figure dans tous les bons dictionnaires de hard.

Formé en 1971, le quartet connait rapidement le succès grâce à son originalité, car Queen a tout du patchwork, comme le verso de la pochette du premier album, « Queen », sorti en 1973.

Mélodiquement, c’est la totale, pratiquement les Beatles des seventies. La voix de Freddy Mercury est superbe et celles de Brian May et de Roger Taylor ne sont pas en reste, les deux musiciens étant loin d’être de simples choristes.

Instrumentalement, c’est le mariage de la musique classique et du baroque avec le metal. Un cocktail qui est donc extrêmement original et novateur en ces mid seventies.

Tout pour réussir donc, d’autant que le style du groupe ne cessera d’évoluer au fil des années et concernera ainsi tous les publics, jusqu’au bouquet final de The Show Must Go On.

Bien loin d’être un simple ersatz de Led Zeppelin comme l’ont prétendu certains, Queen est donc devenu une légende de la rock music, un véritable monstre sacré et la fin brutale et tragique de Freddy Mercury l’aura rendu immortel.

Malheureusement, Queen sans Mercury, c’est un peu comme Led Zeppelin sans John Bonham et les trois musiciens ont un fardeau bien lourd à porter mais, the show must go on....

A PROPOS DU STYLE

« Queen a créé un style et un son qui n’appartiennent qu’à lui et que personne d’autre n’est jamais parvenu à imiter ». Ce commentaire assez élogieux d’Ozzy Osbourne en personne qualifie à la perfection le cocktail magique du groupe et on peut se demander comment celui-ci s’est forgé une telle identité. Globalement, le style est un mélange de skiffle, de rock des années 60, de hard rock et de musique symphonique.

Mais il se définit également à partir de la méthode originale que le groupe a choisie pour composer sa musique. Freddy Mercury la définit ainsi.

« La plupart des chansons de Queen sont composées à partir d’un vrai travail d’équipe.

En général, il y a au départ de peties pièces de musique très courtes que chacun met de côté en pensant au groupe. Nous nous réunissons alors en studio pendant trois ou quatre jours et nous jouons tout cela en y incorporant le son Queen.

La structure basique des morceaux apparait suite à ce premier travail que nous enregistrons et que nous écoutons ensuite pour opérer une sélection des meilleurs titres.

Nous retravaillons à ce moment sur la structure afin de lier au mieux les différents passages entre eux et nous obtenons ainsi le résultat définitif ».

On comprend donc mieux le caractère particulier des compositions du groupe, succession d’ambiances et de climats, la musique étant presque toujours dirigée par les voix, comme en musique classique.

Dans les faits, on commence souvent avec une mélodie vocale que l’on harmonise au piano, puis viennent les arrangements rythmiques et harmoniques complémentaires. C’est certainement le meilleur moyen pour produire des chansons efficaces tant sur le plan mélodique qu’harmonique, en bref des tubes.

JJ RÉBILLARD

Rédigé le  19 sep. 2016 15:46 dans QUEEN  -  Lien permanent

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site