Blog JJ Rébillard
  Retour aux billets

STORY ET ANALYSE DE STYLE : PRINCE (PART 5)


ANALYSE DE STYLE DES TITRES EN VERSION INTÉGRALE

• PURPLE RAIN

Anatole inversé : Purple Rain ou comment créer un chef d’oeuvre avec un anatole inversé !! Au niveau son, commencez en son clean avec du chorus ou du flanger et prenez un son saturé de type distorsion sur la guitare 5 avec pas mal de drive. Sur le solo, vous pouvez ajouter un delay réglé à 508 ms.

A priori, il n’existe pas (ou plus de vidéo) où l’on voit clairement Prince jouer ce titre sur scène. L’une des rares vidéos où l’intro (justement) et une partie du solo manquait a disparu pour cause de contenu protégé par le droit d’auteur.

Donc, toutes les questions sont restées sans réponse au sujet de l’intro telle qu’elle a été jouée en studio pour l’album du même nom. Et entre autres la question du premier accord qui a un son monumental et harmoniquement très riche, même si les effets amplifient le phénomène.

Le casse-tête chinois du SibM9 et de l’intro : comme tout le monde, je jouais l’intro avec le fameux SibM9 en barré à la case 1, certains petits malins jouant carrément le morceau en La pour bénéficier des cordes à vide.

Mais lorsque j’ai dû refaire l’intro de Purple Rain pour GC note pour note, je me suis tout de suite aperçu que mon seul SibM9 était bien insuffisant pour approcher l’original. Pourtant, je devais absolument retrouver les secrets de cette intro, en particulier du premier accord…

Je me cassais donc bien les doigts dessus et usais mes oreilles pour entendre. Au bout du compte, j’ai essayé toutes sortes de positions. En effet, on entend un Ré en résonnance sur le premier accord. Or, ce Ré n’existe pas sur le SibM9 en barré.

Une autre position un peu tarabiscotée avec le Ré à vide sonne assez bien mais il n’y a plus la 9ème M. Ceci sous-entend donc l’idée d’une seconde partie de guitare différente en termes de positions mais rigoureusement identique pour le rythme et les motifs mélodiques, utilisant des cordes à vide.

Au final, je dois bien me rendre à l’évidence : avec une seule guitare, impossible d’avoir le même son que Prince, pour le premier accord, comme pour l’ensemble de l’intro. Donc, quelle recette utiliser ?

La bonne recette : d’entrée, notre arpège d’introduction n’est pas des plus évidents et demande de bien étudier les changements de positions ou les doigtés main gauche. Pour le jouer, trois solutions. La première consiste à utiliser un accordage standard et le SibM9 en barré case 1.

J’ai laissé la guitare 2 sur le play-back du GC Prince et la combinaison des deux parties sonne comme l’original avec le fameux Ré en résonance sur le SibM9 de cette guitare 2. C’est de loin la solution préférable, si vous avez le CD du mag…Mais justement, la guitare 2 demande à être connue.

L’indispensable guitare 2 : que joue-t-elle exactement ? Deux possibilités : un capodastre à la case 1 ou un accordage ½ ton plus haut qui permet de jouer en La avec les cordes à vide, mais un demi-ton plus haut. C’est certainement cette solution qui a été adptée en studio et Prince a préféré en garder le secret pour la légende.

Le SibM9 est joué en renversement avec le fameux Ré à la basse, d’où cette résonance que l’on entend. Ensuite, pour les accords suivants, les cordes à vide aident à obtenir légato et fluidité. Dans tous les cas, cette combinaison de deux guitares permet de retrouver exactement le son de l’original.

A deux guitares c’est mieux !! Un seul inconvénient pour cette guitare 2 qui se limitera à l’intro et aux rythmiques : car  si l’accordage 1/2 ton plus haut ou le capodastre permettent de sonner exactement comme l’original, vous serez dans l’impossiblité de jouer le solo.

En effet, vous allez vous casser les doigts sur les bends si vous êtes accordé en Fa et vous devrez jeter votre capodastre en cours de route dans le deuxième cas. Donc, l’idéal est de jouer ce morceau à deux guitares et le solo sera joué par la guitare 1 sans capo et en accordage standard.

Dans ce dernier cas, vous devrez jouer en retrait la guitare 1 pendant l’intro et les couplets et baisser le volume de votre instrument. Les premiers couplets et le refrain 1 sont des variantes de l’introduction sur des séquences harmoniques légèrement différentes.

 A partir du refrain 2, vous devez effectuer des dead notes et un muting conjoint de la main droite (guitare 2) qui demandent une précision considérable.

Croisements : les leads de liaison (guitare 1) sont composés sur Sib pentatonique M  et on remarque l’utilisation de Fa pentatonique M sur FaM. La dernière note de cette phrase correspond à un croisement avec la gamme majeure à laquelle on emprunte la quarte.

Dans le couplet 3, on remarque une phrase très bluesy sur la pentatonique m de Sib qui contraste avec le caractère très majeur du morceau.

Le solo, bâton du maréchal : le solo est superbe, principalement construit sur Sib pentatonique M, avec ajout régulier de la septième majeure. Les bends sont des modèles en matière d’expression et on retrouve le lyrisme d’un Carlos Santana.

A partir de la mesure 9, soignez le médiator car le trémolo picking de cette mesure et la phrase véloce de la mesure suivante ne vous feront pas de cadeau. Sur la mesure 13, mutez légèrement en main droite tout en accentuant crescendo. La dernière partie ne pose pas de problème particulier.

Outro : sur le final, remarquez la montée en puissance dûe à la conjonction de deux guitares clean et de six guitares saturées sans oublier les claviers et les cordes. Du grand art. Enfin la dernière note demande d’utiliser un preset comportant une grande quantité de réverbe pour reproduire l’effet du périphérique en studio.

JJ RÉBILLARD




Rédigé le  10 sep. 2016 18:35 dans PRINCE  -  Lien permanent

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site