Blog JJ Rébillard
  Retour aux billets

STORY ET ANALYSE DE STYLE : MARK KNOPFLER (PART.4)


LA GUITARE SELON MARK KNOPFLER


La main droite de Mark Knopfler est vraiment unique. Les nuances d’attaque et le déplacement permanent de sa main droite en sont les principales caractéristiques, en dehors de la spécificité de son finger-picking, comme nous l’avons vu précédemment.

A titre indicatif, certaines réponses au chant de Sultans Of Swing sont identiques sur le plan de la main gauche mais sonnent complètement différemment, à cause du déplacement de la main droite. Plusieurs types de sons peuvent être ainsi disponibles sans changer de position de micro.

La main gauche est pour sa part inversée avec un vibrato très puissant et pratiquement inimitable. Ses doubles bends et ses hold bends sont également redoutables.

Mark Knopfler a encore créé un jeu unique basé sur l’enchainement d’accords en position fondamentale et en renversements, respectant les lois de l’harmonie classique sur les mouvements des voix.

Des lignes mélodiques ponctuent régulièrement les schémas harmoniques. Le sultan utilise largement les phrasés sur les gammes pentatoniques majeure et mineure et surtout des arpèges qui lui donnent ce son bien particulier, immédiatement reconnaissable.

Il emploie également les gammes majeures ou les trois modes mineurs, le mineur harmonique et le mineur mélodique ascendant étant bien présents dans les compositions et les lignes mélodiques.

Ses formules rythmiques sont souvent construites à partir de mélanges croches-doubles croches, sur des tempos rapides, avec emploi massif des syncopes et des contretemps. Il utilise les dead notes et les techniques de raking dont il raffole véritablement, tout comme l’un de ses maitres à penser, Django Reinhardt.

LES RYTHMIQUES

Commençons avec les rythmiques. Les formules les plus simples correspondent aux schémas basiques du rock et comprennent les rythmiques en croches avec différents types d’accentuation ou des plans associant les noires, les blanches et les croches.

On trouve ensuite des rythmiques rock basées sur l’alternance de riffs et de parties en accords. Les plans les plus fréquents sont les formules funk-rock avec emploi des dead notes, des appels, des syncopes et des contretemps.

Les schémas construits à partir des renversements d’accords avec adjonction de lignes mélodiques complémentaires sont encore une marque de fabrique bien connue du sultan.

On trouve également des ballades acoustiques en arpèges comportant parfois des open tunings. Les schémas les plus complexes sont proches du funk.

Dans certains cas, on trouve des mélanges de mesures assez sophistiqués. Enfin, on terminera cette liste avec les rythmiques composées à partir des formules plus traditionnelles du country blues.

LES LEADS


Pour les leads, Mark Knopfler utilise en règle générale toutes les gammes du blues, les gammes mineures et majeures, les modes dorien et mixolydien, les arpèges et, dans une moindre mesure, certaines gammes plus complexes comme la gamme diminuée.

On distingue néammoins huit grandes tendances mais on signalera qu’il mélange souvent tout ou partie des formules suivantes au sein d’un même lead. En premier lieu, on trouve les chorus construits sur les gammes hexatoniques mineures.

Il s’agit en fait des gammes pentatoniques mineures auxquelles Mark Knopfler ajoute la seconde majeure ou la sixte mineure de la gamme mineure aéolienne. La même opération peut être effectuée avec la seconde majeure ou la sixte majeure du mode mineur dorien.

Cette technique est fréquente en rock mais elle est systématique chez Mark Knopfler. La deuxième formule correspond aux chorus basés sur la même technique mais on part cette fois de la gamme pentatonique majeure à laquelle on ajoute la quarte juste ou la septième majeure de la gamme majeure ionienne.


On notera toutefois que le sultan opte parfois pour la septième mineure de la gamme mixolydienne. La technique d’improvisation qui consiste à utiliser sur un accord la pentatonique partant de sa fondamentale en respectant son caractère majeur ou mineur est également très fréquente et on peut dire que Mark est un spécialiste du genre.

Il emploie aussi les gammes blues à tous les stades. La gamme majeure et les trois modes mineurs sont également bien représentés, tout comme les arpèges qui sont une véritable signature.

Enfin, il compose parfois ses leads à partir de gammes plus complexes comme la gamme diminuée et même certains modes issus de la gamme de Bartok (ses origines hongroises y sont peut-être pour quelque chose).

EFFETS DE JEU


Au niveau des effets le sultan utilise tous les clichés du genre (hammer-on, pull-off, glissés, taps main gauche, appogiatures, doubles stops, trilles) et on notera deux particularités au niveau des bends : les hold bends en tous genres et les bends sur doubles stops avec vibrato simultané.

Signalons encore que Mark utilise tous les types d’harmoniques et que le raking est un effet de jeu très fréquent, souvent pratiqué sur les arpèges. On terminera cette liste avec le bottleneck et la wah wah en position bloquée qui lui permet d’obtenir un son chaud boosté dans les médiums.

En résumé, un guitariste complet et original, une technique inédite, en bref, la comète de la guitare clean. La presse rock ne se trompait pas quand elle se déchainait à son propos en 1977, en le comparant à des artistes prestigieux comme JJ Cale, Ry Cooder, Eric Clapton ou Bob Dylan.

Mais elle n’avait pas encore compris que Mark Knopfler était unique et qu’on ne pouvait le comparer qu’à lui même...

JJ RÉBILLARD

Rédigé le  12 avril 2016 13:10 dans MARK KNOPFLER  -  Lien permanent

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site