Blog JJ Rébillard
  Retour aux billets

STORY ET ANALYSE DE STYLE : MARK KNOPFLER (PART 2)


PARCOURS ET INFLUENCES

Mark Knopfler voit le jour à Glasgow le 12 août 1949. Il s’intéresse à la musique dès son plus jeune âge et prend des cours de piano et de violon.

C’est pourtant la guitare qui le motive le plus et on le trouve ainsi devant l’armoire à glace familiale avec une raquette de tennis en guise de 6 cordes, à l’âge de neuf ans....

Mark est gaucher mais on lui a imposé la position du droitier en violon et c’est donc tout naturellement qu’il adopte celle-ci pour la guitare. Comme il le dit lui-même, cette inversion personnalise immédiatement son jeu.

A dix ans, son oncle lui fait écouter le boogie-woogie. Il découvre alors rapidement Elvis Presley, Scotty Moore, Chet Atkins, James Burton ou encore Duane Eddy.

Son père lui offre sa première guitare électrique pour ses quinze ans. Il s’agit d’une Hofner V2 rouge, imitation de la fameuse Fender Stratocaster. Mark est en effet devenu un adepte de l’homme à la guitare rouge, Hank Marvin, et le premier morceau qu’il apprend à jouer est Apache, des Shadows.

N’ayant pas d’ampli, il colle son oreille sur la table de résonnance de la Hofner, la tête de celle-ci étant posée sur le dossier d’une chaise qui fait office de réverbe. Il emprunte donc en complément les guitares acoustiques de ses copains et décide qu’il utilisera deux techniques main droite, en fonction de l’instrument sur lequel il joue : le médiator pour l’électrique et les doigts pour l’acoustique.

FOLK ET BLUES ACOUSTIQUE

Il s’intéresse à cette époque au blues de Muddy Waters, Howlin’ Wolf, Buddy Guy et B.B.King, mais son problème d’amplification n’est toujours pas réglé. Il se tourne ainsi naturellement vers le folk et le blues acoustique.

Cette orientation aura de grandes conséquences sur son jeu de main droite car Mark étudie les techniques utilisées par Bert Jansch ou Bob Dylan.

Il complète cette étude avec les plans de Blind Lemon Jefferson et forge définitivement son style à partir des enseignements de Blind Blake, grand pionnier du finger-picking et de l’East Coast Blues.

Parallèlement, il découvre l’inventeur de la guitare solo, Lonnie Johnson. Il retiendra surtout l’extraordinaire fluidité de son jeu et ses riffs en forme de section de cuivres sur les cordes aigües.

On retrouve largement ces derniers dans le jeu de main gauche du sultan qui voue par ailleurs une admiration sans bornes à Django Reinhardt.


DUO DE GUITARES ET PREMIERS CONCERTS


En 1965, Mark monte un duo de guitares et donne ses premiers concerts. Après un bref passage dans le domaine du journalisme, il décide de se consacrer définitivement à la musique.

Fin 70, on le retrouve à Londres avec les Breweer’s Droop dont la musique est un mélange de rythm’n blues et de cajun. Puis il monte son premier vrai groupe, The Cafe Racers.

Du rockabilly au country blues, en passant par le rythm’n blues, le ragtime ou le folk, Mark pratique à peu près tous les styles et en profite pour se perfectionner en dobro et en slide.

C’est de cette fusion que nait le style que l’on connait, selons ses propres dires. A partir de 1976, il commence à composer sérieusement. Au plan technique, il abandonne complètement le médiator.

Début 77, il réalise un vieux rêve en s’offrant sa première Strat : c’est la révélation et Mark crée la version définitive de "Sultans of swing” qui avait été écrite à l’origine sur une National accordée en open tuning. Le son Knopfler est né !

On connait la suite, l’aventure Dire Straits, les stades et la gloire. Mais notre homme ne sera pas victime de son succès.

Il revient à une musique plus intimiste dans les années 90, avec une carrière solo au cours de laquelle il jamme souvent avec ses maitres à penser comme Chet Atkins.

Aujourd’hui, Mark promène toujours son blues avec brio, comme en témoignent ses dernier opus. Mélodie et fluidité, raffinement et originalité, le cinquième mousquetaire aux côtés de Jimi Hendrix, Eric Clapton, Jeff Beck et Jimmy Page ? A vous de juger...
 
JJ RÉBILLARD


Rédigé le  15 mars 2016 19:57 dans MARK KNOPFLER  -  Lien permanent

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site