Blog JJ Rébillard
  Retour aux billets

STORY ET ANALYSE DE STYLE : LENNY KRAVITZ (PART 5)


ANALYSE DES TITRES EN VERSION INTEGRALE

• ARE YOU GONNA GO MY WAY

Un titre emblématique : il s’agit certainement du titre le plus connu de Lenny Kravitz avec It Ain’t Over Till It’s Over.

Un classique basé sur un riff hendrixien, modulé dans un deuxième temps un ton et demi plus haut avec pont central pour le solo.

Côté son, utilisez une fuzz des seventies ou une metal disto en règlant la tonalité de façon à obtenir le grain de l’original.

Utilisez les deux micros de votre guitare, avec les deux volumes à 9 pour toutes les rythmiques et mettez le volume du micro chevalet à 10 pendant le solo.

Vous pourrez également ajouter un flanger au début du pont et le supprimmer dans le solo.

Globalement, les attaques main droite doivent être franches et soignées pour retrouver la même puissance que dans l'original.



Hard funk :
on commence sur le riff légendaire, en hommage à Jimi. Ce riff est typique des formules utilisées en hard funk et on remarque la cellule caractéristique double croche-croche pointée en fin de mesure 2.

La principale difficulté consiste à exécuter le bend bien juste et à rester calé dans le tempo, en évitant absolument d’accélérer. Dans un deuxième temps, la guitare 2 double ce riff à l’octave supérieure, nouvelle référence à Jimi.

Modulation et mise en place :
on module ensuite en Solm, soit un ton et demi au-dessus de la première tonalité (Mim). La mesure 4 de ce passage est difficile à exécuter à cause de la mise en place, typique des rythmiques funk.

Apprenez d’abord à chanter ce passage avant de le jouer. Cela reste la méthode la plus simple pour parvenir rapidement à vos fins.

Après un retour sur le riff principal, on passe au refrain constitué d’une alternance de formules en croche pointée-double croche et de tenues. Surveillez encore votre mise en place et soyez particulièrement incisif au niveau main droite.

Un break déstabilisant : le deuxième couplet-refrain est similaire au premier mais la mise en place du passage en Solm est encore plus difficile à cause de la section rythmique qui joue un break déstabilisant dès la mesure 3.

Le pont commence en rythmique et la formule est précise. Il ne s’agit pas d’ajouter la moindre dead note à celles de la partition !!


Technique des croisements : on passe au solo, bel exemple de la technique des croisements, durant sa première partie.

Le début est écrit en Mi pentatonique m et on passe en Mi pentatonique majeure dès la fin de la mesure 4, pour raccorder la gamme initiale en mesure 6.

Les mesures 5 et 6 sont difficiles à exécuter, du fait du légato main gauche. Après une belle série de bends, retour à une phrase rapide pour le final bien enlevé, témoignant toujours du même légato.

La fin ne connait pas d’évènement nouveau, à l’exception d’une mesure 2/4 dans le dernier refrain. Sur l’ultime accord, vous pouvez ajouter un peu de trémolo pour obtenir plus facilement l’effet toggle switch de l’original. 

 JJ RÉBILLARD






Rédigé le  26 fév. 2016 12:09 dans LENNY KRAVITZ  -  Lien permanent

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site