Blog JJ Rébillard
  Retour aux billets

STORY ET ANALYSE DE STYLE : ERIC CLAPTON (PART 4)


MAITRE DU GROOVE

Le style Clapton est très rythmique et cet aspect est particulièrement difficile à reproduire. Les parties lead de Riding With The King ne sont pas d’un niveau shred mais quel drive et quel sens du placement ou de la nuance ! Il faut dire que B.B King est vraiment le King sur ce plan. Eric a beaucoup appris de lui et a su apparemment transformer l’essai. Toujours au plan rythmique, les morceaux de God comprennent souvent des overdubs indispensables pour le groove, comme la petite guitare funky des couplets et du final de Cocaïne. Sur le plan de la composition, Eric Clapton soigne l’aspect mélodique et propose des arrangements variés. La gamme de blues est son système mélodique de prédilection mais il compose également sur les gammes majeures et mineures ou sur les modes mixolydien et dorien. On trouve régulièrement des modulations qui sont préparées et résolues avec soin. Enfin, les arrangements sont d’abord conçus au plan rythmique, les parties s’imbriquant entre elles comme en reggae ou en funk, en respectant souvent le bon vieux système questions-réponses du blues. Ecoutez sur ce plan le fameux Riding With The King ou Cocaïne. Il y a de la place et cela respire, avec pour corollaire un groove superbe.

UN PHRASE TRÈS RYTHMIQUE
 
Il y a beaucoup à dire sur ce plan et je dois vous confier à titre personnel que je dois pas mal de choses à Eric Clapton. C’est avec les Bluesbreakers que j’ai découvert le blues à la fin des sixties. Sunshine Of Your Love est un des premiers morceaux que j’ai su jouer et j’aime toujours autant entendre Eric aujourd’hui qui reste un de mes guitaristes préférés. La première marque de fabrique du jeu de God est certainement la qualité rythmique de son phrasé qui compte une grande variété de figures, des mises en place subtiles et l’utilisation de cellules qui sont caractéristiques de son style. Un cours sur la question pourra être pris en étudiant le premier solo de Cocaïne qui regorge d’astuces rythmiques. Eric a également l’art du silence ou de la note caractéristique bien placée. Il manie le contrepoint mélodique comme le contrepoint rythmique à la perfection (Layla). Au plan général, God est un guitariste complet, acoustique, électrique, rythmique et lead tout en étant chanteur. La réunion de ces qualités n’est pas si fréquente, elle mérite donc d’être signalée. Côté rythmique, il emploie les schémas simples issus du blues, les rythmiques rock à base de riffs, ou les formules en flat-picking mélangeant riffs, arpèges et interventions mélodiques. Les rythmiques basées sur l’emploi systématique des contretemps avec mélange de demi-soupirs et quarts de soupirs sont fréquentes et on trouve également des formules funky. Eric est vraiment universel car il joue aussi bien au médiator qu’aux doigts, ce qui lui permet d’avoir une grande variété de registres.

L’ORFÈVRE DE LA PENTATONIQUE

Pour les leads, on distinguera cinq grandes tendances. Les chorus les plus courants sont basés sur la gamme pentatonique mineure à laquelle il ajoute les deux premières blue notes. Il emploie aussi la gamme pentatonique majeure à l’image de Jimi et de ses bluesmen de prédilection. Les solos construits à partir de la gamme de blues au troisième stade sont nombreux, tout comme les formules à base de dialogue interpentatonique. Quand je vous disais qu’il est un maitre du blues et de ses gammes...Il utilise également, mais plus rarement les modes majeurs ionien, mixolydien ou les modes mineurs aéolien et dorien. Enfin, la dernière catégorie est celle des leads utilisant les techniques de contrepoint mélodique qu’il maitrise totalement, seul ou en duo, comme avec B.B King. On n’oubliera pas les talents en slide d’Eric Clapton qui est un grand maitre sur ce plan. Il joue en slide depuis ses débuts puisqu’on peut l’entendre croiser le bottleneck avec les Yardbirds dans Good Morning Little School Girl (1963). Son jeu est toujours aussi émotif et il sait vraiment faire pleurer sa guitare ou faire entendre les échos des pionniers du Delta Blues.
Pour conclure, nous avons donc affaire à un guitariste d’exception et le meilleur conseil que je peux vous donner si vous souhaitez sonner comme Eric Clapton sera le suivant. Faites comme lui !! Déchiffrez et analysez les plans des plus grands guitaristes de blues sans oublier la rigueur ou l’obstination qui seront seules capables de seules capables de vous faire parvenir à tel résultat.


JJ RÉBILLARD

Rédigé le  5 nov. 2014 19:32 dans ERIC CLAPTON  -  Lien permanent

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site