Blog JJ Rébillard
  Retour aux billets

STORY ET ANALYSE DE STYLE : AC/DC (PART 5)


ANALYSE DES TITRES EN VERSION INTEGRALE

• BACK IN BLACK

Il s’agit d’un des plus grands tubes d’AC/DC avec Highway To Hell. Le titre est construit sur un tempo assez lent (94) et le groove est celui des formules axées sur l’emploi massif des syncopes et autres contretemps, associant les croches, les doubles croches, les silences et les liaisons. Vous commencerez donc avec les parties rythmiques puis vous passerez au solo.

Côté son, prenez de préférence une guitare équipée de micros double bobinage. Utilisez deux types de sons saturés. Le premier sera employé pour les parties rythmiques et comptera une quantité moyenne de drive alors que le second vous permettra de jouer les leads. Poussez le drive pour ce deuxième son et ajoutez un compresseur qui vous aidera à obtenir le légato légendaire d’Angus.

Une mise en place implacable 

En intro, le décompte de la cymbale charleston est partiellement doublé à la guitare. Mettez votre volume guitare à 4 pour jouer cette partie puis montez le à 9 durant les deux derniers temps de la mesure 2.

On attaque ensuite le riff qui n’est pas des plus évidents sous des aspects simplistes. La mise en place est implacable, en particulier sur la seconde liaison mélodique. Vous devez être calé au fond du temps et le contrôle du son sera total en main gauche comme en main droite.

Les silences doivent être parfait afin que l’efficacité de la caisse claire en afterbeat soit maximale. Pour les marquer, utilisez la main gauche et la main droite qui auront le même rôle et étoufferont le son. Au sujet de la main droite, posez tranquillement la tranche de celle-ci sur les cordes, ce qui complètera l’action de la main gauche. La première liaison mélodique doit être fluide.

Il ne faut absolument pas presser car la moindre anticipation nuirait à la solidité du groove. Il en est de même dans la seconde liaison sur laquelle les écarts main gauche posent quelques problèmes. On passe ensuite au refrain qui est un superbe exemple de rythmique syncopée, typique du style des frères Young.

Le son sera très lié et vous devez encore une fois être parfaitement calé sans aucune anticipation. Après un deuxième couplet et un deuxième refrain semblables aux précédents, on arrive au premier solo.

Un premier solo redoutable avec peu d’effets de jeu : il commence de façon magistrale avec des syncopes toujours aussi bien vues. Le phrasé est construit à partir de la gamme pentatonique mineure à laquelle on ajoute la blue note n°1 (Sib) et la sixte majeure (Do#).

Les attaques de la main droite sont franches, dures et précises. On remarquera qu’Angus commence sur le secteur central du manche en position V avant de passer en position Ib à partir de la mesure 7. Certains plans sont très rapides et demandent une excellente synchronisation des deux mains (mesures 9 et 12) car Angus demeure assez avare en effets de jeu, un unique pull off étant le seul artifice toléré.

Toute la partie centrale du solo est construite sur la gamme pentaonique mineure. La fin du lead réintroduit la sixte majeure et surtout le Mi à vide en bourdon modal qui crée une tension résolue sur le refrain suivant. Après ce dernier, on passe à l’interlude. On reconnait là un bon vieux plan rock’n roll cher à Angus qu’il faut jouer légèrement devant pour dynamiser le groove.

Le solo final et ses bends très physiques : le quatrième refrain ne voit pas de changement notable, sauf dans la dernière partie où des bends précèdent le solo final. De façon fort habile, Angus joue d’abord le thème avec bourdon qui finissait le premier lead. On passe ensuite à des bends expressifs avant deux phrases très rapides qu’il faudra d’abord travailler au ralenti.
La gamme brisée de la mesure 7 est un modèle du genre qui commence sur des sentiers battus avant la rupture des troisième et quatrième temps. La fin est jouée dans les extrêmes aigus et vos doigts risquent de souffrir un peu des bends de la case 22.

JJ RÉBILLARD

Rédigé le  24 fév. 2015 17:32 dans AC/DC  -  Lien permanent

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site