Blog JJ Rébillard
  Retour aux billets

IMPROVISATION AVEC LES GAMMES PENTATONIQUES


Vous avez été nombreux à me demander les parts de la vidéo « Improvisation avec les gammes pentatoniques » sur ma chaine Youtube. Vous m’avez aussi aidé à franchir le cap des 140000 vues le 20 décembre 2016, donc, chose promise, chose due, voici ces parts et quelques petites explications complémentaires.

https://www.youtube.com/watch?v=ZSdnHNadDBY



JJ’S PARTS STORY


Les parts que vous allez découvrir sont des parts vintage. J’en profite en effet pour vous montrer sous quel format les parts de mes méthodes, de GP ou de GC arrivaient et arrivent toujours chez le graveur (uniquement celles de mes méthodes à présent).

N’ayant jamais eu l’envie de me mettre à la gravure sur des logiciels ultra performants mais complexes comme Score PC, j’ai préféré laisser le soin de la gravure à des graveurs pros. C’est donc sous ce format qu’arrivèrent chez notre graveur de l’époque les parts du Hors Série Hendrix, N°0 de GC en juillet 1994.

Pour ceux qui se souviennent de ce mag ou l’ont encore, la gravure de l’époque était encore assez basique mais très lisible.

Je me souviens de la machine du graveur Edouard Marcinik qui ressemblait davantage d’après mes souvenirs, à une machine à tricoter et n’était pas facile d’emploi, notamment pour effectuer des corrections.

Inutile de dire qu’il fallait absolument éviter les erreurs pour le transcripteur et relire plutôt cinq fois qu’une, sous peine de repartir avec ses manuscrits en dévalant les escaliers…Donc, pas question d’oublier le moindre quart de soupir ou la moindre triple croche !

Mais vous connaissez mon sérieux légendaire (sourires) et je n’eus pas trop de souci avec ce cher Edouard. Pour la petite histoire, mes parts ne furent pourtant pas toujours au format que vous avez découvert dans le HS Hendrix.

Et pour ceux qui ont eu en main mes antiques méthodes Joue de la Guitare Sans Solfège (1988-1994) ou mes dossiers hors-série (1990-1994), je n’indiquais pas le solfège mais la mise en page le laissait deviner (enfin, pour les initiés). N’empêche que des milliers de guitaristes ont utilisé ces antiques TAB et l’audio permettait de s’en sortir facilement. Ce n’était pas forcément l’avis de tout le monde…

En effet, lorsque je présentais le fameux dossier hors-série Hendrix qui allait devenir le GC N°0, Thierry Frébourg me dit : « c’est parfait mais on oublie tes TAB telles qu’elles sont et tu vas au moins indiquer le rythme sous les partitions.

Je pensais y passer 5 jours et il me fallut 4 semaines, notamment à cause d’un certain 12/8, Red House. Et comme je l’ai dit précédemment, mieux valait ne pas faire d’erreurs avec l’ami Edouard.

Après cette expérience, et sans jeu de mots j'ai été initié et j’ai su écrire le blues et en général les 12/8, même si certains tempos (38 pour Tin Pan Ammey de Stevie Ray) et des notes jouées « before ou behind the beat » m’ont parfois posé de gros problèmes.

Pour être franc, dans les GC, à partir du GC N°1 Metallica, on utilisait souvent des parts US, généralement issues de mags sérieux, que je vérifiais et corrigeais parfois pour cause d’inexactitude ou parce qu’il manquait des parties (Layla sur le GC N°2 avec les 6 guitares de l’intro).

Il arrivait aussi (Prince, Ben Harper…) qu’il n’y ait aucune part disponible, dans ce cas je relevais tout moi-même. Ce fut bien sûr également le cas dans la plupart de mes méthodes. Comme ça, vous savez tout et en tous cas, voici exactement le format des TAB que j’ai toujours confiées aux graveurs.


IMPROVISATION AVEC LES GAMMES PENTATONIQUES

Pour faire une bonne impro, il me semble obligatoire de connaitre les harmonies sur lesquelles on va s'exprimer. J'ai toujours fait cela, par exemple lorsque j'ai appris la guitare il y a bien longtemps en reproduisant les solos de mes guitar heroes note à note (enfin au début, c'était de l'approchant).

Quel que soit le solo ou le morceau je connaissais toujours sa grille harmonique et savais jouer la rythmique. En fait, on peut se contenter si l'on connait la tonalité du morceau (indispensable) de la pentatonique mineure ou majeure de la tonalité suivant le mode du morceau. On peut aussi jouer avec la relativité.

Mais l'impro sera alors du type "survol de la tonalité" et on ne pourra pas utiliser les techniques de ciblage comme l'utilisation de la pentatonique partant de la fondamentale de chaque accord ou encore la notion de note caractéristique.

Même si on n'utilise pas systématiquement ces deux dernières techniques elles donnent du piment à une impro et surtout permettent lorsque l'on seul en lead de faire entendre les accords au travers d'un jeu exclusivement mélodique...Ensuite, il suffit de rester en mesure et en place dans ce dernier cas puisque personne ne joue la ryhmique !

Vous voulez toujours en savoir plus et avoir les parts de cette fameuse vidéo Improvisation avec les gammes pentatoniques ? Rendez-vous sur Musicschool, il suffit de suivre ce lien...         

http://www.jjrebillard.fr/PBCPPlayer.asp?ID=1821901

JJ RÉBILLARD
Rédigé le  26 déc. 2016 19:28 dans ACTUALITÉS  -  Lien permanent

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site