Blog JJ Rébillard
  Retour aux billets

GUITAR PART STORY (PART 45)

Méthode Ukukéké

Tout a une fin et cette part 45 est donc la dernière de la saga Guitar Part Story, tout au moins en ce qui me concerne car il y a heureusement eu une vie après JJ, personne n’étant irremplaçable. 45 parties pour GP STORY, exactement comme les 45 Guitar Collector’s réalisés par mes soins, du numéro 0 (Hors série Jimi Hendrix) au n° 44 (Pink Floyd). Je ne l’ai pas fait exprès mais c’est en écrivant les dernières parties que j’ai réalisé cette curieuse coincidence.

Du coup, j’ai mis un point d’honneur à mettre fin à l’histoire avec la part 45. Mais il peut être intéressant de connaitre la suite de et c’est pour cette raison que j’ai proposé à Florent Passamonti et Frank Graziano de reprendre ma plume et de continuer cette story, sur ce blog ou sur leurs sites, à leur convenance. A suivre avec les intéressés…Début 2008, exit le CD de GP au profit du DVD et je disparais du même coup des colonnes de GP. Curieuse impression pour moi mais il faut bien passer la main.


TENDINITE DU COUDE

De ce fait, j’ai encore un peu plus de temps pour me consacrer à divers projets. Fin 2007, je fais l’acquisition d’un mandole algérien, instrument à 4 doubles cordes car j’avais envie d’en jouer depuis longtemps, un peu comme pour le oud. Cet instrument me parait tout de suite familier et j’adopte naturellement la bonne position pour en jouer. Du fait des 4 cordes, le jeu longitudinal sur toute la longueur du manche ne m’est pas non plus inconnu.
 
L’instrument me rappelle vraiment quelque chose, comme si j’en avais joué dans une autre vie. Je ne mets pas longtemps à trouver réponse à mes questions. Etant violoniste à la base, la relation est évidente. Un instrument très intéressant, avec le mandole, on peut jouer de la musique kabyle, celtique, africaine, arabo-andalouse…
Je travaille également toujours le oud mais il va m’arriver une sacrée mésaventure avec cet instrument. En effet, j’ai pris de mauvaises habitudes sans m’en rendre compte.
 
Débutant Batterie

Et la rançon à payer est une tendinite du coude droit, due à une mauvaise tenue de l’instrument et du plectre. Car le oud a tendance à glisser sur la cuisse et sans tabouret, il faut une certaine expérience et avoir la bonne tenue. Sinon, on a tendance à crisper et le trémolo picking devient vite une torture…qui se transforme éventuellement en tendinite du coude. C’était bizarre, je pouvais porter un sac de 20 kg mais impossible de soulever un classeur de 1 kg. Il fallait une rééducation par le jeu.

Méthode de OudUKULÉLÉ, BATTERIE ET OUD

Heureusement, dans le même temps je développe mes éditions pour d’autres instruments. D’abord, je sors début 2008 une méthode ukulélé avec un maitre du genre, le regretté Cyril Lefebvre. Cette méthode fait un carton et devient rapidement un best seller aux côtés des plus traditionnelles Débutant Guitare. Ensuite, je prépare à distance via le net une méthode de oud avec un musicien marocain, Abdou Ouardi. Avec cette méthode, je revois les bases et la travaille comme les futurs élèves.

Du coup, je reprends de bonnes habitudes et je décide d’adopter le même système de travail qu’en guitare. Le trémolo picking ne passe pas? Et bien, on va travailler cela méthodiquement, comme les gammes en guitare, en doubles croches, en sextolets, en triples croches à des tempos croissants sans jamais forcer. Et le travail paye. La tendinite disparaît et le trémolo devient fluide. En 2008, sort aussi Acoustic Guitar Songbook, recueil de traditionnels arrangés par Mrs Hammje et Séguret.

Je m’attaque alors à la batterie avec la méthode Débutant Batterie de Renaud Lemaitre, un jeune et excellent batteur et pédagogue. Elle crée une trilogie avec les méthodes basse et guitare qui permet aux gens d’apprendre à jouer en groupe avec un répertoire commun. Début 2009, c’est la méthode de oud qui sort, suivie de La Guitare Flamenca de Didier Béhague puis la méthode Rock Guitar de François Shanka Maigret. Toutes ces méthodes sont des succès et je ne regrette pas d’avoir choisi le métier d’éditeur.

C’est tellement riche et intéressant, comme le fait de croiser les destinées de la guitare manouche, de la guitare flamenca et du oud. Et puis, si j’ai quitté GP, cela ne m’empêche pas de continuer avec ceux qui y travaillent toujours…mais plus pour longtemps, comme vous allez le voir bientôt, non pas dans la partie 46 qui ne sera pas écrite par mes soins mais dans GP STORY: THE END à suivre sur ce blog. Cette fois l’histoire sera vraiment terminée en ce qui me concerne.

JJ RÉBILLARD


Rédigé le  29 nov. 2013 10:42 dans GUITAR PART STORY  -  Lien permanent

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site