Blog JJ Rébillard
  Retour aux billets

GUITAR PART STORY (PART 39)

Comment GC allait-il survivre à l’implacable logique industrielle qui avait détruit la ligne éditoriale initiale ? Franchement, si cela devait continuer comme avec le n°45 Van Halen, GC en avait pour quelques mois, pas plus. Et dans tous les cas avec des «A la manière de», pas plus de deux ans. C’est bien ce qui adviendra au bout du compte puisque l’ultime n°57 sortit en septembre 2007. Mais avant cela, la rédac de GC se ressaisit et reconstitua une nouvelle équipe.

François maigret alias Shanka fut bien sûr l’une des cartes maitresses de ce nouveau dispositif. Fin 2005, il avait sorti une méthode pour débutant, «Les leçons de Bob Wacker», sous forme d’un GP hors série. Ce mag-méthode accompagné d’un DVD et de l’humour légendaire de Shanka connut un beau succès. D’autres guitaristes contactés par Christian Séguret comme Jimmy Drouillard ou Max Pol Delvaux acceptèrent et constituèrent le noyau dur de la nouvelle équipe.


GC NOUVELLE FORMULE
Celle-ci était parfois complétée de musiciens plus occasionnels en fonction des groupes traités et des spécialités de chacun. Car le mag n’était plus désormais consacré à un groupe ou à un guitariste mais à plusieurs groupes et à plusieurs guitaristes, au nombre de 4 dans la plupart des cas. Les études de style étaient essentiellement composés d’exercices car il était difficile de proposer des titres entiers « A la manière de ». Mais le challenge n’était vraiment pas évident suivant les artistes étudiés.
 
En effet, refaire un à la manière de Come As You Are (Nirvana) aboutissait obligatoirement à une forme de plagiat tant il est difficile de tordre le riff dans tous les sens en conservant le style, l’esprit et surtout une ligne mélodique tubesque et crédible. Parfois, c’était plus évident même si le style était beaucoup plus difficile. Ainsi, Shanka fit des merveilles avec un guitariste comme Yngwie Malmsteen, alors que le garçon est difficile à imiter, notamment au plan technique.
 
Je fus assez sidéré en entendant les plans de Shanka, car franchement, c’était du pur Malmsteen. Techniquement, les guitaristes pouvaient y trouver leur compte mais les plans n’étaient pas des originaux. On peut faire une méthode avec des plans réussis dans le style d’un guitariste sans décevoir celui qui l’achète, mais il n’en est pas de même avec un mag dont la ligne éditoriale est 100% note pour note. Les gens ne s’attendent pas à du « A la manière de » et peuvent se sentir lésés. 
 
Cela entraine toujours également des commentaires du style « le gars il prétend jouer des plans de Jeff Beck mais là, il n’y est vraiment pas du tout ». La critique est aisée mais l’art est difficile.
Pourtant le mag continua sur sa lancée avec plus ou moins de succès mais les ventes n’étaient plus les mêmes. Nous aurons l’occasion d’en reparler dans les dernières parties de cette saga GP. Mais un autre événement allait bouleverser la fin de cette année 2005 avec le décès de Jean-Louis Nicol.

R.I.P JEAN-LOUIS NICOL 

Comme nous l’avons vu, Jean-Louis Nicol qui travaillait avec moi sur GC et avait plusieurs rubriques dans GP avait quitté Studio Press fin 2003 car il n’était pas payé pour son travail en temps et en heure. Il ne pouvait continuer dans de telles conditions financières alors qu’il avait une famille et qu’il avait arrêté ses cours pour se consacrer entièrement à GP et GC. Peut-être une erreur car nous autres musiciens devons toujours avoir plusieurs plans pour survivre et avoir un seul gros client a toujours été très dangereux. Mais il y croyait Jean-Louis!!

Du coup, je pense qu’il avait considéré que tout cela était un peu injuste mais il avait fait front courageusement et décidé de revenir à sa profession initiale en retravaillant dans l’électronique. Tout semblait aller pour lui mais en ce jeudi 10 novembre 2005, nous apprenions la dure nouvelle de sa disparition brutale à l’âge de 41 ans. Je fis aussitôt un communiqué sur mon site, rappelant les bons moments que nous avions passés ensemble. C’était un garçon discret mais très drôle en privé.

J’ai été longtemps en contact avec son fils et guitariste Thomas qui lui a rendu différents hommages, notamment avec des concerts où jouaient son groupe mais aussi les musiciens qui avaient travaillé avec lui sur GC, comme le batteur Cyril Habouzit. Le décès de Jean-Louis fut une bien dure nouvelle pour tous les gens qui avaient travaillé avec lui, notamment votre serviteur ou pour Olivier Roubin qui avait longtemps géré le cahier pédagogique et le connaissait très bien.

Ainsi va la vie. L’année 2005 se termina pour moi avec la sortie de Débutant Guitare Basse, La Guitare Manouche et le single de Brother Yacin. GP avait à présent son site, organe de communication indispensable et son fameux forum qui rencontra un grand succès avec une belle fréquentation à la clé. 2006 pouvait commencer: durant cette année, de nombreuses transformations allaient marquer GP, notamment le DVD qui allait progressivement remplacer le CD mais aussi d’autres surprises plus ou moins heureuses…

.JJ RÉBILLARD



Rédigé le  14 sep. 2013 14:43 dans GUITAR PART STORY  -  Lien permanent

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site